Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Faire bonne impression

mercredi, 15.08.2012 / 13 h 26 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Faire bonne impression

MONTRÉAL – Charles Hudon voulait tout simplement aider son équipe à l’aube du Défi Canada-Russie. Il en est toutefois reparti en faisant tourner bien des têtes au passage.

Hudon a terminé la compétition avec une récolte d'un but et deux mentions d'aide en quatre matchs. (Matthew Murnaghan/Hockey Canada Images)

Bien que ce n’étaient que des matchs hors-concours, les membres d’Équipe Canada des moins de 20 ans savaient que tous les yeux seraient tournés vers eux à l’occasion de cette confrontation célébrant le 40e anniversaire de la Série du siècle opposant, à l’époque, le Canada à l’Union soviétique. Habitué d’être un élément important de l’offensive des Saguenéens de Chicoutimi, le choix de cinquième ronde du Tricolore au dernier repêchage s’est vu confier de nouvelles responsabilités par le personnel d’entraîneurs de l’équipe nationale, responsabilités qu’il a remplies plus qu’adéquatement.

« Je suis bien content de mes performances, beaucoup mieux que ce à quoi je m’attendais au début », confie Hudon au lendemain de la victoire dramatique du Canada en prolongation lors du dernier match du tournoi. « Je n’avais pas le même rôle que j’ai l’habitude d’avoir avec les Saguenéens, mais je l’ai pris à cœur tout au long des quatre matchs. Je me suis concentré sur mon rôle et je ne voulais pas changer mon style.

« Je suis tellement fier », ajoute-t-il. « C’est un gros moment dans ma carrière. Cette expérience avec l’Équipe canadienne était incroyable. »

Le Canada devant absolument gagner le quatrième match en temps réglementaire s’il souhaitait conserver sa chance de remporter les grands honneurs, Hudon et ses coéquipiers savaient bien avant que ne s’effectue la mise en jeu initiale que leur marge d’erreur était inexistante.

« Nous n’étions pas nerveux avant le dernier match, nous étions confiants », précise Hudon qui a terminé la compétition avec une fiche d’un but et deux mentions d’aide. « Après notre défaite de lundi, nous avons eu plusieurs rencontres avec [l’entraîneur-chef d’Équipe Canada] Steve Spott. Nous étions bien préparés. Oui nous ressentions une pression additionnelle parce que nous jouions devant nos partisans à Halifax, mais nous n’y pensions pas. Nous jouions pour nous, pas pour personne d’autre. »

Afin de préparer encore plus ces jeunes au défi qui les attendait, les dirigeants d’Hockey Canada ont fait appel à un des membres de la formation canadienne de 1972 qui a fait face à une situation semblable il y a 40 ans alors qu’il était le gardien partant lors du match ultime de la Série du siècle. Un gardien, qui par le passé, a également habitué les partisans montréalais à de grandes performances lors des moments importants.

« Ken Dryden est venu nous voir avant le dernier match. C’était impressionnant de lui parler. C’était drôle de le voir en personne parce que nous l’avions vu dans un film sur la Série du Siècle juste avant », raconte Hudon en riant au sujet de l’ancien gardien vedette du Tricolore.

« Il nous a raconté son expérience en 1972 pendant une quinzaine de minutes », dévoile-t-il. « Il nous a dit que nous étions en train de créer nos propres souvenirs, que c’était notre équipe et notre histoire que nous étions en train d’écrire. »

Suites à ses performances au cours de la dernière semaine, Hudon a laissé une excellente impression au sein du personnel d’entraîneurs. D’ailleurs, ce seront ces mêmes hommes qui seront derrière le banc de la formation canadienne lorsque s’amorcera au mois de décembre le Championnat du monde de hockey junior.

L’histoire a démontré par le passé que ce tournoi en est un où la grande majorité des joueurs retenus sont âgés de 19 ans. Âgé de 18 ans depuis la fin juin, Hudon est conscient que son billet d’avion pour Ufa, en Russie, à la fin de l’année est loin d’être assuré. Il fera donc tout en son possible pour forcer la main des têtes dirigeantes lorsque ce moment arrivera.

« Je crois que mes performances ont augmenté mes chances de faire l’équipe, mais ce sont aux dirigeants de prendre la décision. [Les entraîneurs-adjoints] Mario Duhamel et André Tourigny m’ont parlé avant de quitter Halifax et m’ont dit qu’ils étaient très contents de moi », soutient Hudon qui rejoindra ses coéquipiers des Saguenéens dans les prochains jours.

« S’ils m’invitent cet hiver je vais être encore plus heureux », renchérit-il. « Le fait de connaître déjà les entraîneurs et d’avoir participé à un tournoi avec eux m’aide, mais la décision finale leur appartient. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.


À VOIR AUSSI :
Le Canada se sauve avec les grands honneurs 
Les Russes remportent un festival offensif 
Les Russes brisent la glace 
Victoire du Canada en levée de rideau