Tourner la page

mercredi, 04.07.2012 / 13 h 20 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

BROSSARD – Après avoir connu un séjour difficile avec les Maple Leafs, Colby Armstrong espère bien renaître à Montréal.

S’étant entendu avec le Tricolore sur les termes d’un contrat d’un an, Armstrong portera d’anciennes couleurs ennemies au cours de la saison 2012-2013. Couleurs ennemies? Vraiment?

«C’est un rêve qui devient réalité. J’ai toujours été partisan de cette équipe », a lancé Armstrong rejoint à son domicile de Saskatoon. «Je ne sais pas comment c’est arrivé. Même au cours de ma carrière, j’ai eu des moments assez cool. J’ai pu jouer avec des gars comme Mark Recchi, John LeClair et Lyle Odelein. J’ai aussi pu jouer contre les Canadiens et aussi contre Kirk Muller en tant qu’entraîneur, ce qui est extraordinaire puisque c’était mon joueur préféré.»

Être un partisan des Canadiens dans un endroit où les Flames, les Oilers ou même les Jets ont la cote n’est pas toujours chose facile.

Colby Armstrong en tirs de barrage

«J’étais un peu tout seul. Mon frère m’a suivi un peu dans mon aventure, il est devenu membre du Fan Club en même temps que moi », a expliqué celui qui a vu quelques personnes sortir du placard depuis qu’il a annoncé sa venue à Montréal. «Depuis que je suis avec les Canadiens, je me rends compte qu’il y a beaucoup plus de partisans des Canadiens que je ne l’espérais dans le coin ici… et ce sont tous mes amis!»

L’attaquant de 29 ans retrouvera avec le Tricolore quelqu’un qui lui a donné tout un coup de main à ses débuts dans la LNH.

«Michel Therrien a été mon entraîneur dans les ligues mineures pendant quelques années, puis à Pittsburgh. Je le connais depuis un bon moment. Je connais son style en tant qu’entraîneur », explique Armstrong qui a disputé 41% de ses matchs dans la LNH sous les ordres de Therrien. «Je sais qu’il peut-être très exigeant et qu’il peut être difficile à satisfaire parfois. Mais je sais à quoi m’attendre et je sais qu’il va m’aider à retirer le meilleur de moi-même. Pour moi, c’est un excellent mariage.»

En 2012, Armstrong n’a disputé que 29 matchs avec les Maple Leafs, connaissant une saison minée par les blessures, incluant une commotion cérébrale subie au mois de décembre et une blessure à la cheville.

«J’ai été malchanceux. Je n’avais jamais été blessé avant mes deux saisons à Toronto. J’espère que le changement d’air aidera. Une porte se ferme, mais une autre s’ouvre. Je vais toucher du bois…beaucoup de bois », a ajouté celui qui a vu les Maple Leafs racheter la dernière année de son contrat, le 30 juin 2012.

«Sur mon compte Twitter les gens ont déjà commencé à me traiter de traître et à me narguer», explique celui qui est connu sous le nom de @armdog sur la Twittosphère. «Mais j’aime ce qui se passe. Ça n’a pas été comme prévu à Toronto. Je pense que le choix de Montréal n’aurait pas pu être meilleur. »

Non seulement Armstrong doit travailler dur pour préparer la saison 2012-2013, mais il travaille également à inculquer de bonnes valeurs à son petit garçon de deux ans.

«Il adore le hockey. Il est prêt. Il va être tout un partisan cette saison. On l’entraîne déjà. Il entonne des chansons avec “Habs” dedans. Nous travaillons avec lui là-dessus”, a confessé Armstrong. «À cet âge-là, ils sont faciles à influencer. Nous devons nous départir de son petit bâton des Leafs pour le remplacer par un des Canadiens. »

Décidément l’expression tel père tel fils s’applique ici !

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Faits saillants
Voeu exaucé
Un pas vers l’avant
Rebienvenue chez vous
Un ajout qui frappe
Les Canadiens concluent une nouvelle entente avec Carey Price
Les Canadiens s'entendent avec Colby Armstrong
Entente d'un an avec Francis Bouillon