Rebienvenue chez vous

lundi, 02.07.2012 / 15 h 14 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Rebienvenue chez vous

BROSSARD – Après trois saisons dans la capitale de la musique, Francis Bouillon revient au bercail.

À 36 ans, l’ancien et nouveau défenseur du Tricolore fera un saut dans le temps alors qu’il retrouvera Michel Therrien comme entraîneur. Et l’entraîneur-chef n’est pas étranger à la venue de Bouillon dans la métropole.

«L’arrivée de Michel Therrien et de la nouvelle organisation à Montréal a beaucoup penché dans la balance. Je l’ai eu comme entraîneur pendant six ans, depuis le niveau junior», a mentionné Bouillon qui a été contacté par le pilote des Canadiens dès l’ouverture du marché des joueurs autonomes. «Quand Michel m’a contacté dimanche après-midi j’avais déjà une idée en tête. C’est sûr que depuis que je suis revenu de Nashville, beaucoup de Québécois m’ont parlé de l’opportunité de revenir à Montréal. Pour moi c’était ma priorité et je le disais haut et fort. »

Bouillon a disputé trois saisons sous la gouverne de Michel Therrien, entre 2000-2001 et 2002-2003 avec les Canadiens. Précédemment les deux hommes s’étaient côtoyés chez les Canadiens de Fredericton où Bouillon, qui a été ignoré au repêchage, a fait ses débuts dans le hockey professionnel grâce à un appel de Therrien. Auparavant, ils faisaient partie de l’organisation des Prédateurs de Granby, organisation avec laquelle ils ont remporté la coupe Memorial en 1996.

«À ma première année dans la LHJMQ il était mon assistant-entraîneur. C’est un gars qui m’a donné un bon coup de main et qui m’a permis de m’améliorer sur beaucoup de points. Il m’a beaucoup aidé. Après les pratiques on travaillait sur beaucoup de jeux individuels», a expliqué Bouillon, admettant que Therrien ne l’a pas seulement aidé sur la patinoire. «Je lui dois beaucoup. Michel m’a souvent aidé à prendre les bonnes décisions. Quand tu es jeune, il y a plusieurs options qui se présentent à toi et tu ne choisis pas toujours la bonne. Il m’a bien guidé de ce côté-là.»

Reconnu pour son intensité et sa mobilité, le défenseur a disputé les neuf premières saisons de sa carrière avec les Canadiens, à l’exception d’un court séjour de quatre matchs avec les Predators de Nashville en 2002-2003. Il a d’ailleurs connu sa meilleure saison en carrière à Montréal en 2005-2006, obtenant 22 points en 67 matchs.

«Je me sens en pays de connaissance. Quand on regarde le personnel d’entraîneurs. J’ai eu Michel [Therrien] comme entraîneur, Clément Jodoin comme assistant-entraîneur. Il y a des nouveaux visages, mais il y a des embauches comme Patrice Brisebois ou encore Martin Lapointe avec qui j’ai joué. Je me sens en pays de connaissance, mais de l’autre côté, je ne prends rien pour acquis », a confié Bouillon qui compte bien se présenter au camp d’entraînement en septembre avec le couteau entre les dents. «Je suis un gars qui a un certain caractère et je vais arriver au camp d’entraînement prêt à affronter n’importe quoi. Je veux jouer un rôle de leadership.»

Une idée assez claire se discerne dans les propos du vétéran défenseur; il ne s’amène pas à Montréal pour jouer les seconds violons et compte bien faire partie de la solution sur une base quotidienne.

«Mon but est de jouer tous les matchs. Je n’ai pas signé à Montréal en me disant que c’était ma dernière année et que j’étais là uniquement pour aider les jeunes et jouer un match sur deux », a expliqué celui qui a disputé 676 rencontres dans la LNH. «J’ai encore quelques bonnes saisons à offrir. Je ne me suis pas entendu avec les Canadiens pour faire un pas en arrière, mais plutôt pour faire un pas en avant. Je veux avoir une bonne saison et aider l’équipe à se redresser. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Entente d'un an avec Francis Bouillon 
Les Canadiens concluent une nouvelle entente avec Carey Price
Un ajout qui frappe
Entente d'un an pour Michael Blunden
Cédrick Desjardins de retour à Montréal
Brandon Prust se joint aux Canadiens
Entente de deux ans pour Alexei Emelin