Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Premier contact

jeudi, 28.06.2012 / 13 h 56 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Premier contact

MONTRÉAL – La cuvée 2012 des Canadiens est en ville pour la deuxième partie du camp de développement.

On prend toujours un train: Repêché au 122e rang par le Tricolore, Charles Hudon était très heureux d’être à Montréal pour la deuxième partie du camp de développement des Canadiens. Mais le jeune homme de 18 ans sait très bien que d’être repêché ne représente que la première étape d’un long voyage vers les rangs professionnels.

«Trevor nous l’a dit aujourd’hui. D’être repêché par une équipe de la LNH, c’est juste un billet pour embarquer dans l’autobus ou dans le train. T’es pas encore parti. C’est sûr qu’il y a de la nervosité. Tu ne sais pas à quoi t’attendre », confesse Hudon qui a participé au Combine des Canadiens il y a de cela quelques semaines. «Pour beaucoup ici, c’est leur premier camp de la LNH. On essaie vraiment d’être des éponges, de ramasser le plus d’information possible et de la mettre en fonction. En ce moment, ça va très bien.»

Des mains en or: C’est fou ce qu’on peut faire avec un bâton, une rondelle et de l’imagination. Vous avez pu le constater avec le nouveau venu dans la famille des Canadiens, Tim Bozon. (Voir l’encadré pour un aperçu de ce qu’il peut faire).

Voir la feinte de Tim Bozon

«J’adore tout ce qui est fantaisie. Je suis un «skills guy» et je m’inspire de gars suisses comme Nino Niederreiter ou Sven Bartschi. J’ai joué contre eux, ce sont de bons amis, je leur parle souvent », a expliqué Bozon lorsqu’invité à parler de son inspiration pour ce geste. «Il y a deux ans, j’avais vu Niederreiter faire une feinte à une main. Depuis, je m’entraîne pour réussir quelque chose comme ça. Quand j’ai le temps aux entraînements, j’essaie toujours de faire des trucs comme ça.»

Même s’il démontre ses capacités acrobatiques par quelques prestations de haute voltige, Bozon sait bien que ce qui compte, c’est ce qui se passe quand la rondelle est sur la glace.

«Il y a des gars qui sont capables de faire encore mieux que ça et qui n’ont jamais joué dans la LNH. L’idée est surtout de faire parler de soi un peu et montrer qu’on peut faire des trucs de fantaisie qui n’ont rien à voir avec le vrai hockey», explique l’ailier gauche qui a cumulé 71 points en 71 matchs dans l’uniforme des Blazers de Kamloops dans la WHL en 2011-2012.

Galchenyuk rencontre les médias

Passer à autre chose: Après avoir joué seulement les deux derniers matchs de la saison régulière 2011-2012 et ayant dû répondre à d’innombrables questions à propos de son opération au genou, ce n’est pas surprenant qu’Alex Galchenyuk soit prêt à passer à une autre étape. Réussissant avec brio tous les tests médicaux, le troisième choix de l’encan 2012 était heureux de pouvoir mettre les questions à propos de son genou dans le rétroviseur.

«Je ne sais pas combien de personnes ont examiné mon genou au cours des deux derniers mois. Il a été vérifié au Combine, à l’hôpital à Montréal, ici avec les Canadiens et tout a toujours bien été – je savais que je n’aurais aucun problème avec », a insisté Galchenyuk. «Je ne crois pas que Montréal m’aurait choisi s’ils n’avaient pas été certains que je suis à 100%. »

Lorsqu’il lui a été demandé s'il espérait prouver des choses au cours des trois prochains jours, le jeune attaquant a expliqué ce qu’il attendait de l’expérience.

«Je crois que ce n’est pas le meilleur camp pour ça», a-t-il expliqué préférant mettre l’emphase sur l’aspect développement de son passage dans la métropole. Je veux juste être le meilleur joueur possible. Tout est question de développement, de devenir un meilleur patineur, un meilleur tireur et mieux travailler avec mes mains. Je suis en processus d’apprentissage.»

Suivant ! : Pour la plupart des joueurs, le repêchage est un moment où la nervosité est à son comble. Mais le choix de deuxième ronde des Canadiens, Dalton Thrower a découvert qu’un ami serait avec lui au travers de cet épisode de sa vie – surtout quand ils passent au travers au même moment.

«C’était plutôt rigolo puisque le jour du repêchage, mon meilleur ami, Colton Sissons, était assis tout juste derrière moi et il a été nommé au 50e rang », a expliqué le 51e choix, Dalton Thrower à propos de la première personne qui l’a salué après avoir été choisi. «J’étais debout et je le prenais dans mes bras et au moment de le faire, mon nom est sorti. C’est arrivé comme ça, mais c’était plutôt irréel.»

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Tim Bozon en échappée
En vrac
Le plafond salarial grimpe à 70,2 millions $
Top 25 - Agents libres 2012 
Ryan White paraphe un contrat d'un an