Faire le plein

samedi, 23.06.2012 / 16 h 03 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

PITTSBURGH – De dire que Marc Bergevin et Trevor Timmins étaient heureux après le repêchage serait de minimiser leur engouement.

Après deux longues journées de travail, Timmins était rayonnant lorsqu’il a rencontré les médias pour faire le point sur le repêchage 2012. En 10 ans de gestion du repêchage, le directeur du recrutement a connu sa part de bon choix, incluant Carey Price (2005), Max Pacioretty (2007) et P.K. Subban (2007) et il est confiant qu’il quitte Pittsburgh avec quelques autres étoiles en devenir.

Timmins parle de ses choix

«Vous voyez ce sourire », a mentionné Timmins lorsqu’on lui a demandé à quel point il était heureux que le joueur classé troisième chez les Européens, Sebastian Collberg, soit encore disponible au 33e rang. «Nous pensons que Sebastian a beaucoup de potentiel. Tous ceux qui ont vu le Championnat du monde junior l’ont vu jouer. Il a été utilisé en tirs de barrage, en plus de devancer Filip Forsberg dans l’alignement pour le match de la médaille d’or. Nous croyons qu’il a beaucoup de bons côtés. C’est un marqueur, il joue avec beaucoup d’énergie, c’est un patineur exceptionnel et il est tout le temps sur la rondelle. Nous sommes très heureux de l’avoir.»

Pour un espoir classé aussi haut au classement, entendre les équipes s’amener au podium aussi longtemps sans entendre son nom peut être pénible. Ce sentiment n’était toutefois pas partagé par ceux qui se trouvaient autour de la table du Tricolore.

«J’étais en Suède en février alors que je travaillais pour les Blackhawks et je l’ai vu jouer et j’ai mentionné aux dépisteurs qu’il devrait être choisi en première ronde », a partagé Bergevin qui occupait le poste de directeur général adjoint chez les Hawks l’an dernier. «J’ai été surpris, mais heureux de le voir encore là au 33e rang.»

Le tireur d’élite suédois n’est pas le seul à avoir vu son rang reculer dans l’ordre du repêchage, au grand plaisir de l’État-major du Tricolore.

«Trevor et moi avons discuté ce matin à propos des joueurs que nous voulions avoir et nous les avons eus », a confirmé Bergevin qui dirigeait son premier repêchage en tant que directeur général des Canadiens. «Nous avons été surpris pour quelques-uns d’entre eux. Je suis fier de ce que nous avons accompli et je suis sûr que ça va aider les Canadiens dans le futur. Nous aimions Tim Bozon et Dalton Thrower et nous ne pensions pas pouvoir mettre la main sur eux. Ils étaient tous deux encore disponibles alors on peut dire que les choses ont bien été pour nous aujourd’hui.»

Dans les sept choix qu’avaient les Canadiens au cours de ce repêchage, le duo Timmins-Bergevin a choisi six attaquants et un défenseur. Bien qu’on dirait que ces choix ont été faits pour pallier à des lacunes dans l’organisation, les deux hommes ont assuré que leur politique de repêchage de vendredi et samedi a toujours été la même.

«Nous n’avons pas choisi par position ; nous avons pris le meilleur joueur disponible », a insisté Timmins à propos des nouvelles acquisitions. «Et avant que vous posiez la question, oui, nous voulions repêcher un gardien de but, mais nous n’avons pas pu en choisir un au moment désiré.»

Avant le repêchage, Timmins et Bergevin avaient assuré que leurs choix allaient être en accord avec la nouvelle identité qu’ils cherchent à implanter à Montréal. Et c’est ce qu’ils ont fait dans toutes les rondes.

«Nous avons ajouté du caractère et du talent en fin de semaine et pour moi c’est ce qui importe. Tous ces gars cadrent parfaitement », a décrit Bergevin à propos de Galchenyuk, Collberg, Thrower, Bozon, Vail, Hudon et Nystrom. «Ça va prendre quelques années pour en être sûrs, mais aujourd’hui, nous sommes fiers des gars que nous avons choisis.

«Je connais tous ces joueurs, mais pas autant que Trevor », a admis le directeur général des Canadiens. «Trevor m’impressionne chaque jour. Je ne le connaissais pas vraiment avant d’arriver à Montréal, mais plus je travaille à ses côtés, le plus il m’impressionne. Il a une bonne tête de hockey et il respecte les gens avec qui il travaille. Il n’y a pas de zones grises avec lui. C’est blanc ou c’est noir et j’aime ça. »

Maintenant, Trevor Timmins devra attendre pour voir si le jeu en vaudra la chandelle.

«Nous vous le dirons dans cinq ans », a admis Timmins. «Nous avons ajouté beaucoup de talent et beaucoup de potentiel. Nous avons ajouté de la ténacité, un aspect physique. Seulement le temps nous le dira. En ce moment, je suis très heureux.

«C’est comme quand le Père Noël arrive», a-t-il ajouté, sourire en coin. «Nous avons ouvert nos cadeaux et maintenant c’est le temps de se mettre au travail et d’aider ces joueurs à se développer au maximum. C’est notre travail maintenant.»

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
La cuvée 2012
Entrevues et réactions
Meilleur joueur disponible
Les Canadiens sélectionnent Alex Galchenyuk au 3e rang
Leçon de repêchage