Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Le renfort

lundi, 18.06.2012 / 9 h 18 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Le renfort

MONTRÉAL – Peter Budaj a peut-être échangé les montagnes du Colorado pour le béton montréalais, mais c’est un choix qu’il ne regrette pas.

L’un des deux seuls gardiens de but slovaques actifs dans la LNH cette saison, Budaj a eu le mandat d’être le gardien partant lors des quatre derniers matchs des Canadiens après avoir assuré le rôle à 13 reprises au cours de la saison.

« Assurément, tu ne veux pas te trouver devant le filet parce que ton ami et coéquipier est blessé », explique Budaj qui a dû prendre la relève de Carey Price, incommodé par une blessure en fin de saison. « D’un autre côté, j’étais content de pouvoir jouer quelques matchs. Ça m’a fait du bien. Montréal est un endroit extraordinaire où jouer. »

Budaj, qui a joué 45 matchs lors de sa dernière saison chez l’Avalanche, a vu son temps de glace diminuer cette saison. Pourtant, il n’est pas amer.

« Tout le monde veut jouer beaucoup de matchs. Au tout début, je croyais que j’aurais pu jouer un peu plus, mais ce n’est pas ma décision », confie le choix de deuxième ronde de Colorado en 2001. « Tout ce que je peux contrôler, c’est de contrôler mon jeu, la façon dont j’appuie l’équipe et mon éthique de travail. »

Le gardien de 29 ans, qui a paraphé un contrat de deux ans avec le Tricolore en juillet 2011, a dû aussi s’habituer au cirque médiatique qui vient avec le fait de jouer pour l’un des clubs de hockey les plus reconnus.

« Il y a beaucoup de médias. Je crois que ça démontre qu’il y a beaucoup de tradition ici. Les partisans aiment les Canadiens de Montréal, et nous l’apprécions. C’est le meilleur endroit où jouer. C’est à la fois un endroit difficile où jouer parce qu’il y a de la pression médiatique, mais c’est aussi le meilleur endroit à cause de la tradition, de l’organisation et des partisans », admet Budaj. « L’amphithéâtre devient survolté. Mon ami m’a dit : « Si tu ne peux pas te mettre dans l’ambiance à Montréal, tu ne pourras pas le faire dans tous les autres bâtiments. » C’est vraiment le meilleur aréna.

« Je ne crois pas qu’il y ait une meilleure ville hockey dans la Ligue. Aucune autre ville ne peut te donner autant que Montréal. Même lorsque nos partisans savaient que nous ne ferions pas les séries, ils étaient encore là à nous appuyer et nous encourager », continue Budaj qui est devenu le 1er gardien né en Slovaquie à atteindre le plateau de 100 victoires dans l’histoire de la LNH à la fin de la saison 2010-11. « La ville nous appuie et nous devons jouer mieux. »

Budaj, qui en plus d’avoir stoppé 464 tirs, a enregistré trois mentions d’aide, est très confiant de ce que les Canadiens peuvent accomplir lors de la saison à venir.

« Vous n’avez qu’à regarder notre vestiaire. Nous avons beaucoup de talent et beaucoup de caractère », conclut le cerbère.

Lee Anne Vincent O'Connor écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
Revoyez les meilleurs moments Peter Budaj en 2011-2012
Le casse-tête prend forme 
Le moment était venu
Clément Jodoin se joint au personnel d'entraîneurs des Canadiens
Gerard Gallant se joint au personnel d'entraîneurs des Canadiens
Entente de deux ans pour Steven Quailer
Faire tourner les têtes