Sur la ligne de feu

lundi, 04.06.2012 / 10 h 09 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Sur la ligne de feu

MONTRÉAL – Généralement les gardiens ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour bloquer des tirs. Cette année, Carey Price pouvait compter sur quelqu’un d’autre.

En janvier 2011, les partisans des Canadiens ont été surpris d’apprendre que Josh Gorges avait disputé les sept plus récentes saisons de sa carrière de hockeyeur avec un ligament croisé antérieur tordu. Il a alors annoncé qu’il prendrait une pause pour subir une opération afin de remédier à la situation. Après avoir perdu un élément-clé à la ligne bleue pour le restant de la saison, la question logique était : «S’il jouait de cette façon avant, de quoi aura l’air son jeu lorsqu’il sera à 100%? » La réponse à cette question est venue la saison dernière.

Quatre-vingt-deux matchs joués, un total de record de 250 tirs bloqués, le deuxième plus haut temps d’utilisation en désavantage numérique dans la Ligue, le meilleur différentiel de l’équipe à plus-14 et un trophée Jacques-Beauchamp. Pas si mal en une saison.

«Il y avait beaucoup d’inconnues et d’incertitudes au départ de cette saison. Je ne savais pas si mon genou allait tenir le coup pour la totalité de la saison. Au cours des premiers matchs préparatoires, ça faisait du bien de voir que je pouvais suivre la parade », a expliqué Gorges. «Je crois que ça m’a donné la paix d’esprit de savoir que je pouvais y aller, jouer et ne pas m’inquiéter ou avoir d’hésitations parce que je savais que mon genou était solide. »

À partir de ce moment, les partisans ont eu droit à un cours sur l’art de bloquer des tirs, gracieuseté du défenseur natif de Kelowna en Colombie-Britannique. Gorges a non seulement terminé la saison avec 50 tirs bloqués de plus que Brett Clarke du Lightning, au deuxième rang de la LNH – avec 199 tirs bloqués – mais il a également pulvérisé le record des Canadiens pour le nombre de tirs bloqués en une seule saison, record qui appartenait à Mike Komisarek pour son effort de 227 tirs bloqués en 2007-2008.

Malgré ses statistiques sur la glace, c’est hors de la glace que Gorges a particulièrement brillé. Sous la loupe des médias montréalais, la bonne attitude peut faire la différence entre sortir du lot ou faire l’objet d’une attention minutieuse qui vient avec le fait de jouer pour une équipe au passé aussi glorieux. Gorges a clairement choisi la première option.

Même si l’équipe a vécu une saison particulièrement difficile, le défenseur de 27 ans était dans le vestiaire, soir après soir. Que ce soit en affrontant les dures questions des médias après une défaite tout aussi dure ou encore en bloquant autant de tirs, même après que les espoirs de participer aux séries se soient envolés, Gorges a continué de faire partie des leaders les plus dédiés des Canadiens.

«C’est mon travail d’empêcher l’autre équipe de marquer et si ça veut dire que je dois bloquer des tirs, eh bien j’en bloquerai. Tu fais ce qu’il faut pour aider ton équipe. Peu importe que tu sois dans les séries éliminatoires ou non », a lancé Gorges qui a disputé en moyenne 3 minutes 53 secondes de temps de jeu en désavantage numérique dans la deuxième meilleure unité de désavantage numérique de la LNH. «Ce ne serait pas juste envers mes coéquipiers si je ne jouais pas de cette façon. Tu essaies de faire les bonnes choses, pas seulement pour toi, mais pour le gars qui est assis à côté de toi. Tu as un impact sur leurs jeux et sur leurs vies si tu ne joues pas comme il le faut. »

Avec les 18 mois les plus remplis de sa carrière derrière lui, Gorges retournera à la maison en Colombie-Britannique au cours de l’été, histoire de remettre le compteur à zéro. Il peut se reposer et soigner ses blessures en sachant qu’il a tout laissé sur la patinoire, jusqu’à la toute fin.

«Je sais que cette année a été difficile et que les partisans s’attendaient à beaucoup. Ça n’a pas été facile pour eux d’être à nos côtés toute la saison avec la façon dont les choses allaient, mais ils l’ont fait », a mentionné Gorges qui a disputé son 300e match dans l’uniforme des Canadiens de même que son 400e dans la LNH en 2011-2012.

«Les gens ont toujours avoir des opinions, des attentes, mais ça importe peu. Ce qui importe, c’est ce que nous croyons être en mesure de faire dans le vestiaire. C’est certain qu’en santé, nous sommes une équipe bien différente et je crois vraiment que nous ne sommes pas très loin de l’équipe que nous voulons être », a conclu Gorges. «La prochaine saison est une nouvelle saison.»

Justin Fragapane écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

VOIR AUSSI
Des yeux attentifs 
Prêts à tout
Des candidats de choix
Un nouveau départ
Entente de trois ans avec Nathan Beaulieu