Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre

Rendez-vous avec l'Histoire

lundi, 28.05.2012 / 9 h 53 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

SHAWINIGAN – Ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance de mettre son nom dans les livres d’histoire.

Les Cataractes n’ont toutefois pas raté leur rendez-vous avec l’histoire dimanche soir à Shawinigan.

Michaël Bournival et la coupe Memorial

On s’attendait à un match serré entre les Cataractes et les Knights, mais les scénaristes d’Hollywood n’auraient jamais pu penser à un tel scénario. Après trois périodes de jeu et un total combiné de 54 tirs, seulement deux buts avaient été inscrits. Pour une huitième fois dans l’histoire de la coupe Memorial, la prolongation est nécessaire pour déterminer qui sera le champion du hockey junior canadien. Finalement après 17 minutes 51 secondes de temps de jeu en prolongation, c’est l’explosion de joie dans le Centre Bionest, alors que Michaël Bournival sert une passe parfaite à Anton Zlobin qui complète la manœuvre.

«C’est incroyable. C’est la coupe la plus difficile à gagner et de la soulever ce soir, c’est incroyable », a lancé le capitaine des Cataractes visiblement très ému d’avoir récolté les grands honneurs dans son patelin. «Ma famille, mes amis, tout le monde est ici, c’est vraiment exceptionnel.»

L’autre espoir des Canadiens, Morgan Ellis avait de la difficulté à bien saisir ce qui se passait, surpris par la tournure des événements et surtout par le but de Zlobin.

«J’étais assis sur le banc et j’essayais de reprendre mon souffle. Tout d’un coup, j’ai tourné la tête et j’ai vu le but », a expliqué Ellis. «Disons que j’ai ressauté sur la glace assez rapidement.»

Morgan Ellis soulève la coupe Memorial

Pour Ellis, la situation est encore plus spéciale, lui qui est passé aux mains des Cataractes en cours de saison après avoir disputé trois saisons avec les Screaming Eagles du Cap-Breton.

«D’arriver ici comme ça dans le temps des fêtes et de me joindre à un bon groupe de gars comme ça, je n’aurais pas pu demander de meilleure situation», a confessé Ellis. «Je me sens soulagé. De gagner la coupe, c’est indescriptible. Je crois qu’il y aura des festivités à Shawinigan pour le reste de l’été. »

La coupe Memorial 2012 aura été remplie de moments qui resteront gravés dans la mémoire collective. Tout d’abord en raison du parcours exceptionnel de l’équipe hôtesse qui a surmonté l’adversité pour remporter le match de bris d’égalité avant de remporter la demi-finale. Il s’agissait seulement de la troisième fois dans l’histoire du tournoi depuis qu’il compte quatre équipes, soit depuis 1983, que la formation qui remportait le bris d’égalité remportait également la demi-finale.

Finalement, il ne s’agissait que de la deuxième fois que l’équipe qui remportait le bris d’égalité finissait par remporter la coupe. L’édition 2009 des Spitfires de Windsor avait réussi l’exploit, alors que le tournoi se tenait à Rimouski.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Faits saillants de la rencontre
Célébrations d'après-match
Entrevues d'après-match
Les Cataractes champions