Un autre tour de piste

jeudi, 24.05.2012 / 16 h 36 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Un autre tour de piste

MONTRÉAL – Travis Moen connaissait la saison de sa carrière avant de frapper un mur au bien mauvais moment.

Ce mur, c’était Mike Komisarek. Le 21 janvier dernier à Toronto, l’ex-défenseur du Tricolore a solidement mis en échec le robuste numéro 32 qui a subi une commotion cérébrale. Moen a tenté de revenir au jeu quelques semaines plus tard, disputant deux rencontres, avant de déclarer forfait pour le reste de la campagne.

Jusque-là, en seulement 48 parties, il avait déjà inscrit neuf buts, deux de moins que sa marque personnelle établie en 82 matchs avec les Ducks en 2006-2007 et il n’avait besoin que de cinq autres points pour égaler sa meilleure performance à ce chapitre établie lors de cette même saison dans le sud de la Californie.

Moen était également devenu l’un des hommes de confiance du personnel d’entraîneurs des Canadiens en désavantage numérique, contribuant largement aux efforts de l’équipe qui a terminé au deuxième rang dans la LNH à court d’un homme avec un taux d’efficacité de 88,6%. Avec une moyenne de 2 minutes et 22 secondes par match à tuer les pénalités, le natif de Stewart Valley n’a été devancé que par Tomas Plekanec chez les attaquants du Tricolore.

S’il ne refuse jamais de sauter dans la mêlée afin de prêter main forte à un coéquipier, Moen ne dirait certainement pas non à apposer son nom au bas d’un nouveau contrat avec les Canadiens, lui qui pourrait devenir joueur autonome sans compensation le 1er juillet prochain.

« Montréal est mon premier choix. J’adore la ville. J’adore mes coéquipiers »,

d’indiquer Moen, qui s’est amené dans la Belle Province à l’été 2009 via le marché des agents libres. « Je veux évidemment revenir à Montréal. J’ai apprécié mon séjour ici jusqu’à maintenant. En espérant que nous serons en mesure de nous entendre. »

Ayant plus d’une corde à son arc, l’attaquant de 30 ans ne s’attend pas à de grands changements quant à son utilisation s’il revêt l’uniforme bleu-blanc-rouge en 2012-2013.

« Je crois que mon rôle serait le même. Je défends mes coéquipiers, je pratique un style de jeu robuste et j’essaie de contribuer en attaque lorsque je peux », de poursuivre Moen.

S’il sait où il souhaite évoluer l’an prochain, le fougueux ailier n’a pas encore longuement réfléchi aux conditions de sa prochaine entente contractuelle.

« Je n’ai pas vraiment pensé à mon prochain contrat. Je souhaite tout simplement continuer à jouer dans la Ligue », de conclure Moen, qui a soulevé la coupe Stanley avec les Ducks d’Anaheim en 2007. « Je crois que notre équipe possède un bon noyau de joueurs et, avec quelques acquisitions, je crois que nous pouvons être une excellente équipe. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Le match de la dernière chance 
De la glace à la rue
Prêt à rebondir 
Voyager léger
Rouler avec les coups