Le nouveau monarque

mardi, 15.05.2012 / 10 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Le nouveau monarque

MONTRÉAL – Le roi est défait… vive le roi !

Après trois ans de règne incontesté dans l’arène de la compétition du Jeu de l’année, Carey Price doit finalement s’avouer vaincu et remettre la ceinture de champion à un autre, Lars Eller.

Le grand Danois

Après deux semaines de féroce compétition, vous avez fait votre choix. Alors que 21 273 spectateurs avaient applaudi à tout rompre le «spin-o-rama» de Lars Eller au mois de janvier dernier, vous avez démontré que vous étiez probablement des milliers également à applaudir dans vos chaumières. La preuve? Le Danois a obtenu 56% des suffrages devant le champion défendant, vainqueur des trois derniers titres, Carey Price. Non seulement Eller a-t-il terrassé Price en demi-finale avec un impressionnant 73,3% des votes, mais au fil d’arrivée, il coiffe de nouveau le gardien pour s’emparer de la palme.

Pour ceux qui auraient oublié les circonstances de ce but tout à fait mémorable, les voici.

Après avoir marqué le tout premier tour du chapeau de sa jeune carrière, Lars Eller obtient une chance de s’inscrire dans les livres d’histoire en se voyant octroyer un tir de pénalité contre Chris Mason des Jets de Winnipeg. Au même moment où il délie des cordages, le toit du Centre Bell est littéralement soulevé par les cris et les applaudissements de la foule. La dernière fois qu’un joueur des Canadiens avait réussi un tel exploit à Montréal, c’était en 1993, alors que Brian Bellows en avait marqué quatre contre les Sabres de Buffalo.

Tous ceux qui se souviennent de ce but se souviendront probablement également de la célébration et de l’ovation qui ont suivi le match, alors que le numéro 81 a fait son apparition sur la glace après avoir été nommé la première étoile du match.

Non seulement ce jeu restera-t-il gravé dans les livres d’histoire, mais il restera également gravé dans la mémoire de milliers de partisans. C’est le genre d’exploit qui est difficile à réaliser, même pour un gardien tout-étoile.

Bravo Lars et n’oublie jamais une chose, ce qui est plus difficile que de se rendre au sommet, c’est d’y rester!

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Les prédictions de Mathieu Darche
La première étoile
La soirée de quatre buts d'Eller