Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Une réputation méritée

lundi, 14.05.2012 / 10 h 30 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Une r\u00E9putation m\u00E9rit\u00E9e

MONTRÉAL –Les partisans des Canadiens l’attendaient depuis longtemps. Les joueurs de la LNH ne portant pas un uniforme bleu-blanc-rouge ne pouvaient en dire autant.

Repêché par les Canadiens en 2004, Alexei Emelin a finalement traversé l’Atlantique à l’été 2011 pour faire ses débuts dans la LNH cette saison. Avant de quitter la KHL où il a notamment porté les couleurs du club Ak-Bars Kazan pendant quatre ans, le défenseur russe, maintenant âgé de 26 ans, s’est assuré de mettre dans ses valises les coups de hanche et les coups d’épaule qui avaient fait écho jusqu’en Amérique du Nord au cours des dernières années.

Après une certaine période d’adaptation afin de trouver ses repères et son synchronisme en plus de devoir maîtriser une nouvelle langue de travail – Emelin étant laissé de côté lors de huit des 16 premiers matchs de la saison régulière – le rouleau compresseur russe s’est mis en marche. Cinq mises en échecs par ici, sept autres mises en échec par là, puis neuf contre les Blue Jackets de Columbus au Centre Bell le 6 décembre.

Un surnom était né : « Boom ».

De là, Emelin n’a jamais ralenti la cadence, une ecchymose sur le corps de ses adversaires à la fois. Disputant 67 matchs à sa première saison dans le circuit Bettman, Emelin a inscrit au moins « 1 » dans la colonne des mises en échec lors de 64 affrontements, une régularité qui lui a permis de facilement fracasser le record de la LNH pour un défenseur recrue avec 236, reléguant aux oubliettes Luke Schenn des Maple Leafs et ses 206 en 2008-2009.

Pas en reste, seuls Matt Greene (241) des Kings, Brooks Orpik (259) des Penguins et Schenn (270) des Leafs l’ont devancé à ce chapitre chez les défenseurs dans la LNH cette saison.

Emelin a su gagner la confiance du personnel d’entraîneurs, n’attirant pas seulement l’attention lorsqu’il permettait à ses adversaires de faire plus ample connaissance avec les baies vitrées.

Limité à un temps de glace moyen de 15 :26 lors des deux premiers mois du calendrier, le robuste défenseur a vu son utilisation grimper lors des quatre derniers mois dans la saison avec une moyenne de 17 :55, franchissant la barre de 20 minutes en dix occasions.

De plus en plus acclimaté à son nouvel environnement, Emelin est déjà impatient d’imprégner son numéro 74 sur ses adversaires en 2012-2013.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Les meilleures mises en échec de la saison
Les mains liées
L’expérience ne s’achète pas
Retour en force
Une vraie chance