Faire taire les sceptiques

jeudi, 03.05.2012 / 10 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

MONTRÉAL - Lorsque les Canadiens ont conclu une entente de quatre ans avec Erik Cole l’été dernier, certains ont grimacé. La saison 2011-2012 leur a offert bien des réponses.

« C’est un joueur fragile! », ont prétendu plusieurs, avant même que Cole ne donne son premier coup de patin avec l’uniforme bleu-blanc-rouge.

Pourtant, il a été, en compagnie de Josh Gorges, l’un des deux seuls joueurs des Canadiens à revêtir l’uniforme pour les 82 matchs du club.

« Ses meilleures saisons sont derrière lui! », ont prétendu d’autres.

L’ailier de 33 ans a éclipsé sa marque personnelle dans la colonne des buts en plus d’égaler son sommet personnel de 61 points, établi en 2006-2007 avec les Hurricanes.

« Il n’y avait pas de meilleurs joueurs disponibles sur le marché des joueurs autonomes? », ont renchéri les plus sceptiques.

Cole ayant délié les cordages à 35 reprises à sa première saison avec sa nouvelle équipe, seul l’attaquant Michael Ryder des Stars de Dallas peut affirmer avoir marqué autant de buts que le numéro 72 des Canadiens parmi les joueurs autonomes issus de la cuvée « Été 2011 ».

D’autres questions?

Statistiques à l’appui, Cole aura répondu aux attentes. Son impact ne s’est toutefois pas limité aux buts, aux passes et aux nombreuses mises en échec qu’il a inscrits sur la feuille de pointage. Prototype parfait de l’attaquant de puissance dont avait besoin Max Pacioretty pour modeler son jeu, Cole s’est avéré être le complément parfait du duo Pacioretty-David Desharnais qui s’entendait comme larrons en foire dans la Ligue américaine avant de s’amener pour de bon avec le grand club en 2010-2011.

« Nous formons une bonne combinaison, c’est certain, avec les habiletés de Davey à contrôler la rondelle tandis que Max et moi sommes des joueurs similaires. C’était donc un bon mélange avec une bonne chimie », a expliqué Cole le meilleur franc-tireur du Tricolore en 2011-2012, ayant notamment marqué 11 buts en avantage numérique. « Nous nous parlions de certains jeux sur le banc, où on devait mettre la rondelle. Ce genre de chose a continué de croître au fur et à mesure que la saison a progressé. »

Et inséparables, ils sont devenus. Le trio Cole-Desharnais-Pacioretty a été jumelé pendant plus de 700 minutes à forces égales alors qu’aucun autre trio concocté par le personnel d’entraîneurs des Canadiens n’a franchi la barre des 200 minutes cette saison.

« Nous avons obtenu de belles opportunités de la part du personnel d’entraîneurs de nous avoir gardés ensemble alors qu’il y avait beaucoup d’autres combinaisons de trio qui étaient utilisées », d’admettre Cole. « Il aurait été facile de nous séparer, mais nous avons su profiter de ces opportunités. »

Toutefois, comme les trois complices ont tous atteint le plateau des 60 points, ils s’attendent déjà à être le sujet de plusieurs discussions d’avant-match et de séances vidéo des autres équipes de la LNH lorsque la saison 2012-2013 se mettra en branle.

« Je suppose que la saison prochaine les opportunités ne seront pas les mêmes que cette saison, en considérant le facteur santé. Nous aurons plus de profondeur, je l’espère, du moins pour la majorité de la saison », de conclure Cole. « Nous allons devoir trouver une façon de produire de la même façon ou plus encore avec peut-être moins d’opportunités alors que nous aurons peut-être plus d’attention. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Top 5 - Erik Cole
En passant par là!
Tour du chapeau: Erik Cole
Première journée au boulot 
Marc Bergevin nommé directeur général
Les mains liées