La rupture

mardi, 08.05.2012 / 10 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


La rupture

MONTRÉAL – Andrei Markov compte bien passer beaucoup moins de temps avec le thérapeute en chef des Canadiens Graham Rynbend la saison prochaine. Mais ne t’inquiète pas Graham, ce n’est pas toi. C’est lui.

Markov s’est retrouvé à plusieurs endroits depuis qu’il a fait ses débuts dans la LNH en 2000-2001 : le vestiaire des Canadiens ; des matchs des étoiles ; sur la feuille de pointage. Mais l’endroit qui lui est le plus familier depuis presque deux ans est l’endroit où il aimerait bien ne jamais remettre les pieds – ou le genou – encore.

Markov préparant un but de Subban

Après avoir été le client le plus fidèle de Rynbend pendant 483 longs jours dans «The Chop Shop» - le surnom que les thérapeutes ont donné à la clinique – Markov a finalement pu mettre son genou à l’épreuve le 10 mars à Vancouver. Après une deuxième reconstruction du ligament croisé antérieur en autant d’années, le vétéran défenseur de 33 ans n’a pas sauté une seule mesure, enregistrant une mention d’aide à son premier match contre ceux qui allaient éventuellement remporter le trophée du Président.

«Ça a été un match émotif pour moi », a admis Markov, qui a envoyé une passe parfaite à P.K. Subban en avantage numérique pour enregistrer son premier point depuis le 10 novembre 2011. «En plus, nous jouions contre une des meilleures équipes de la Ligue, dans leur domicile. Je suis vraiment très content de jouer à nouveau. J’essaie d’avoir du plaisir à chaque présence.»

Après avoir passé les 140 matchs précédents en complet-cravate à regarder de la galerie de presse, le vétéran de 11 saisons dans la LNH était visiblement heureux de retrouver son poste au sein de la brigade défensive du Tricolore, même s’il admet que ça prendra un moment avant de complètement retrouver son style.

«Vous n’avez aucune idée à quel point ça peut être difficile», a-t-il mentionné à propos du fait de retrouver son synchronisme après une aussi longue absence. «J’essaie juste de garder les choses simples. Je voulais y aller une étape à la fois, un match à la fois et surtout, je veux avoir du plaisir.»

Même s’il est plus heureux sur la glace que sur les lignes de côté, de n’avoir participé qu’à 13 des 82 matchs de l’équipe a permis à Markov d’apprécier une différente perspective par rapport à la saison et à l’équipe.

«C’est toujours décevant quand tu ne fais pas les séries, mais ça va être une bonne leçon pour nous. Il faut apprendre et la prochaine saison nous devons mieux jouer et nous améliorer », a ajouté l’assistant-capitaine. «Nous avons démontré que si nous jouons tous en tant qu’équipe, nous pouvons battre n’importe qui. Il faut continuer dans cette veine et nous améliorer. »

Après être devenu avec succès citoyen canadien il y a de cela deux étés, Markov compte bien passer la saison morte dans son pays adoptif, pouvant finalement se concentrer sur le fait d’être meilleur plutôt que fait d’être en santé.»

«Je dois retrouver ma vitesse sur la glace et je veux me sentir plus confortable dans mes pivots », a partagé le défenseur au sujet de ses plans d’été. «J’ai encore quelques raideurs au genou, mais c’est normal. Je suis heureux de terminer la saison en santé et j’ai hâte de m’améliorer en vue de la saison prochaine.»

Son temps passé dans le «Chop Shop» est peut-être révolu, mais ça ne veut pas dire qu’il va éviter Rynbend et cie ; il va y retourner parfois, histoire de dire bonjour.

Shauna Denis écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

VOIR AUSSI
Faits saillants
Rentrée remarquée  
Faire taire les sceptiques 
Première journée au boulot
Marc Bergevin nommé directeur général
Les mains liées