Les mains liées

mardi, 01.05.2012 / 10 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

MONTRÉAL – Pour tout athlète professionnel, peu de choses sont plus difficiles que de regarder ses coéquipiers à partir des lignes de côté et être incapable d’apporter sa contribution, surtout lorsque l’équipe ne cumule pas les victoires.

Après avoir pris part à tous les matchs d’octobre à avril il y a un an, Brian Gionta a vu sa saison 2011-2012 prendre fin prématurément le 10 janvier suite à une déchirure à un biceps. Cette blessure était doublement plus difficile à avaler pour le capitaine du Tricolore puisqu’il avait manqué presque un mois d’activité quelques semaines plus tôt en raison d’une blessure au bas du corps.

« La dernière saison a été frustrante, autant parce que j’étais blessé qu’en raison de nos résultats », admet Gionta qui n’a participé qu’à 31 parties cette saison, son plus bas total depuis son entrée dans la LNH en 2001-2002. « Je ne crois pas que c’est un secret que personne n’était content de la tournure des événements.

« Lorsque nous sommes arrivés au camp d’entraînement, nos attentes étaient élevées et nous voulions faire les séries et nous battre pour la coupe Stanley », ajoute-t-il. « C’est tout le contraire qui s’est passé et c’est difficile de composer avec ça.»

Connaissant une saison en dessous de ses attentes sur le plan individuel au moment où il est tombé au combat, Gionta n’a jamais obtenu l’occasion de donner un second souffle à sa campagne et de redorer son blason. Athlète fier qu’il est, il a tout tenté pour revenir au jeu le plus rapidement possible, mais il a manqué de temps en fin de compte.

« Ma blessure nécessitait quatre mois de réhabilitation et il me restait environ trois semaines au programme lorsque la saison s’est terminée. J’étais rendu à la portion de rebâtir la force dans mon bras », confie le vétéran de 33 ans.

« Je me suis senti à l’aise après avoir participé à la séance d’entraînement avant le dernier match de la saison face aux Maple Leafs. C’était plaisant d’être sur la glace avec les gars et de voir à quel point j’avais progressé », d’admettre le capitaine des Canadiens.

En plus de ses coéquipiers qui auraient bien certainement voulu voir leur capitaine à leurs côtés sur la patinoire, l’entraîneur-chef Randy Cunneyworth était privé de son intermédiaire sur la glace pendant plus de la moitié de la saison.

La dernière saison n’a pas été facile pour le pilote du Tricolore qui tentait soir après soir de trouver des solutions pour que sa formation retrouve le droit chemin. Bien que Gionta fût dans l’entourage de l’équipe, il n’a pas voulu s’interposer dans le travail de son entraîneur, affirmant que ce dernier a bien fait malgré les circonstances.

« Lorsque vous passez par des moments difficiles, vous essayez d’être là et de trouver des idées pour améliorer la situation. Les entraîneurs ont effectué du bon boulot de ce côté-là », mentionne Gionta qui a terminé au 7e rang des buteurs du Tricolore avec huit filets, lui qui avait mené son équipe à ce chapitre lors des deux dernières saisons. « Tout le monde au sein de l’équipe et de l’organisation a tenté de brasser les choses pour améliorer notre sort. Malheureusement, nous n’avons jamais été en mesure de continuer sur cette lancée. »

En plus de conclure son programme de réadaptation, le capitaine des Canadiens ne verra pas son fardeau diminuer de sitôt puisqu’un nouveau membre fera son entrée dans le clan Gionta prochainement. Il aura donc une motivation supplémentaire lorsque viendra le temps de reprendre sa préparation en vue de la prochaine saison.

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

À VOIR AUSSI :

Bilan de fin de saison : Brian Gionta
Mon premier but: Brian Gionta
L’expérience ne s’achète pas 
Retour en force