Une vraie chance

vendredi, 20.04.2012 / 12 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
MONTRÉAL – On n’a jamais deux chances de faire une bonne première impression. Dans le cas de Mike Blunden, c’est faux.

Même s’il a disputé 40 matchs avec les Blue Jackets de Columbus en 2009-2010, c’est vraiment avec les Canadiens de Montréal que le jeune attaquant natif de Toronto a connu, de son propre aveu, sa première vraie chance.

«Avec les Blue Jackets j’étais plus ou moins dans l’alignement. Et quand j’y étais, je ne jouais que quelques minutes. Ici, c’est la première fois que je suis capable de jouer de plus jouer. L’entraîneur m’a fait confiance. J’ai travaillé dur et disputé des bons matchs dans les deux sens de la patinoire», a laissé tomber l’ailier au sujet de son travail sur la glace. «Ici, les entraîneurs m’ont poussé à jouer mon style et m’ont encouragé à faire les bonnes choses. Tous les entraîneurs m’ont aidé et c’était bien. J’ai pu jouer toute la saison sans avoir peur de faire des erreurs.»

Celui qui sera joueur autonome avec compensation cet été retournera dans sa région pour amorcer sa saison de mise en forme, lui qui a dû se tenir tranquille au cours de la plus récente saison morte en raison d’une opération à l’épaule. À l’entendre parler au sujet de ses plans d’entraînement pour l’été, Sylvester Stallone pourrait probablement en faire un montage et l’intégrer dans un éventuel Rocky VII.

«J’ai une maison à environ 45 minutes d’Ottawa. Je vis là-bas sur le bord d’un lac. J’ai un gymnase dans mon garage », explique Blunden qui compte bien amorcer son entraînement dès le mois de mai et y consacrer cinq à six jours par semaine. «J’apprécie la nature. J’aime nager, aller courir en montagne, aller marcher et bien sûr, lever des poids pour m’assurer d’augmenter ma puissance et ma vitesse.»

Et cette puissance, il espère bien l’utiliser à bon escient sur la glace, tout comme il l’a fait au cours de la saison 2011-2012. Le gaillard de 6-pieds-4 n’a reculé devant aucun défi, cumulant les mises en échec à un rythme effréné. Après avoir subi une blessure le 2 février 2012 contre les Devils du New Jersey, Blunden est revenu à la charge, assénant en moyenne trois coups d’épaule au cours des 11 matchs suivants. Il a d’ailleurs terminé au cinquième rang des Canadiens pour le nombre de mises en échec, avec 104 et ce malgré ses 39 matchs joués.

«Quand je peux me servir de ma robustesse, je le fais », a expliqué Blunden qui a notamment vu sa moyenne de temps de jeu passer de 7:22 au mois d’octobre à 11:27 en mars, puis 14:21 en avril. «J’adore le jeu plus robuste et en plus, les partisans aiment ça. Je ne suis pas le gars avec les meilleures mains ou celui qui va y aller de savantes feintes. J’envoie des rondelles en fond de territoire et je fonce pour les récupérer. Je veux aussi être solide défensivement. Je dois me concentrer sur mon travail et m’assurer de ne pas laisser aller mon homme. »

Après son séjour de mise en forme en Ontario, Blunden espère bien revenir dans la ville où il a grandi et où il a fait ses premiers coups de patin.

«J’ai grandi dans l’ouest de Montréal entre l’âge de 3 et 9 ans. J’adore jouer ici. C’est super de revenir ici, de revoir plein d’endroits connus, revoir de vieux amis», avoue celui qui se débrouille assez bien dans la langue de Molière. «Tous mes oncles et tantes vivent ici. J’ai eu beaucoup de plaisir et j’espère bien être de retour l’an prochain.»

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Top-5 Mike Blunden
Concours: Votre vidéo favorite
Le 5e round