Fermer boutique

lundi, 09.04.2012 / 16 h 45 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Fermer boutique

BROSSARD – La journée du nettoyage du vestiaire des Canadiens n’est jamais facile pour les joueurs, surtout lorsqu’elle arrive plus tôt que prévue.

Au début de la saison, le Tricolore avait encerclé la date du 9 avril sur son calendrier comme étant la journée où il amorcerait sa préparation pour la première ronde des séries éliminatoires. Plutôt, les membres de l’équipe étaient à Brossard lundi pour ranger leur équipement et dire au revoir avant de retourner à la maison pour l’été – ou pour encore plus longtemps. Après avoir participé aux éliminatoires à chacune de ses neuf premières saisons dans la LNH, Brian Gionta ne souhaite pas s’habituer de passer plusieurs semaines du printemps à son domicile.

« Ce n’est définitivement pas plaisant et c’est une journée difficile. Vous avez l’habitude de venir pour une journée comme celle-ci et de vous préparer pour votre adversaire en première ronde et d’essayer de trouver des moyens d’atteindre la finale de la coupe Stanley », explique Gionta qui a remporté la coupe à sa deuxième année dans la Ligue avec les Devils en 2003. « C’est quelque chose que je n’avais jamais vécu avant et c’est encore plus difficile avec cette blessure de ne pas avoir pu aider en fin de saison. »

Avec encore trois semaines de réhabilitation devant lui des suites de son opération au biceps, Gionta a passé la deuxième moitié du calendrier sur les lignes de côtés, mais le capitaine était loin d’être seul dans l’infirmerie. Devant composer avec les 440 matchs ratés pour cause de blessure, cette malchance a permis à des leaders en devenir des Canadiens de montrer leur savoir-faire en plus d’augmenter leur niveau d’expérience.

« Les blessures ne sont pas une excuse, mais elles ont jouées un grand rôle. Nous avons des gars comme Travis Moen, Josh Gorges et Carey (Price) qui assument progressivement des rôles de leader, des jeunes comme (Max) Pacioretty et (David) Desharnais qui ont excellé cette saison et Erik Cole a été toute une addition et un excellent leader pour nous », a partagé Gionta qui a dû regarder les 40 derniers matchs du haut de la galerie de presse. « Les morceaux sont en place, c’est simplement une question de livrer la marchandise et d’essayer de demeurer en santé.

« Je ne crois pas que c’est un secret que personne n’est content de la tournure des événements. Lorsque nous sommes arrivés au camp d’entraînement, nos attentes étaient élevées et nous voulions faire les séries et se battre pour la coupe Stanley. C’est tout le contraire qui s’est passé et c’est difficile de composer avec ça », a-t-il ajouté. « Nous avons beaucoup de bons éléments ici et nous avons dû composer avec beaucoup de choses cette saison. Je crois que tout le monde ici est optimiste et nous ne sommes pas si loin malgré que nos points et (notre rang au) classement ne le démontrent pas. »

Malgré le fait qu’ils ont terminé au dernier rang au classement de l’Association de l’Est, les Canadiens n’ont pas souvent été déclassés cette saison. Faisant un retour sur une campagne où 37 des 82 rencontres ont été décidées par un but, P.K. Subban n’a pas eu besoin d’une calculatrice pour s’apercevoir que son printemps aurait pu être différent si l’équipe avait récolté quelques points supplémentaires sur les 36 qu’elle a laissés sur la table.

« En tant qu’équipe, nous sommes déçus de ne pas être des séries éliminatoires », admet Subban qui a mené le Tricolore en 2011-2012 au chapitre du temps d’utilisation avec une moyenne de 24:18 par match. « Je n’ai joué que deux saisons, mais nous étions des séries à chacune de ces saisons. C’est décevant mais en même temps, si quelques matchs s’étaient terminés différemment, je crois que notre situation serait différente et que nous serions en train de nous préparer pour la première ronde. »

Forcé à regarder les éliminatoires de son domicile pour la première fois depuis son arrivée à Montréal en 2007, Josh Gorges utilisera les déceptions de la dernière saison comme source de motivation durant la saison morte. Avec un contrat de six saisons en poche, le défenseur de 27 ans est confiant que les résultats de 2011-2012 ne se répèteront pas dans le futur.

« Je crois sincèrement que nous sommes proches. Je ne crois pas que nous sommes si loin d’être une équipe de calibre des séries. Nous sommes une équipe différente lorsque nous sommes en santé », a partagé l’assistant capitaine. « Beaucoup de nos joueurs clés qui passent beaucoup de temps sur la glace et qui ont des rôles important au sein de l’équipe ont été blessés. Nous sommes si près.

« Nous devons retrouver ce sentiment d’urgence sur une base régulière et comprendre que chaque match et chaque présence aura un impact important sur nos chances d’être des séries éliminatoires », a-t-il renchéri. « Je crois que si nous pouvons trouver ce sentiment et éviter les blessures, nous serons dans la partie. Les gens auront leurs opinions et leurs attentes à notre endroit, mais ils nous importent peu; tout ce qui compte est que nous croyons en ce vestiaire et que les gars sont prêts à travailler ensemble »

Terminer la saison au début avril n’est pas une chose à laquelle les joueurs des Canadiens sont habitués. Tout comme Gorges, ils utiliseront ce souvenir comme motivation pour s’assurer que l’année prochaine, ils ne feront pas le ménage de leur vestiaire avant l’été.

Shauna Denis écrit pour canadiens.com. Texte traduit par Hugo Fontaine.

VOIR AUSSI
Bilan de fin de saison : gardiens
Bilan de fin de saison : attaquants
Bilan de fin de saison : défenseurs
Des nouvelles de Carey 
Une dernière pour la route
Carey Price récipiendaire de la coupe Molson pour 2011-2012