Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre

Pour l’honneur

samedi, 07.04.2012 / 24 h 52 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

MONTRÉAL – Lorsque la LNH a dévoilé le calendrier de la saison 2011-2012 en juin dernier, bien des amateurs avaient encerclé le 7 avril comme le match de l’année, tant pour les amateurs des Canadiens que pour les Leafs.

Ce match, le 82e et dernier de la saison des deux équipes, devait avoir des implications pour les séries éliminatoires, comme cela avait été le cas en 2006-2007. Un match où tous partisans, d’un océan à l’autre, allaient être rivé à leur petit écran…. comme en 2006-2007.

« C’était une journée excitante pour les deux équipes, pour la Ligue, d’avoir Montréal et Toronto d’être dans la course jusqu’à la dernière journée », d’expliquer Josh Gorges, qui n’avait pas été de la formation de Guy Carbonneau ce soir-là. « La victoire nous aurait permis de nous classer en séries. Pour eux, ils avaient besoin d’un peu d’aide. C’était du hockey excitant. Le match allait d’un côté puis de l’autre, les deux équipes avaient des chances de l’emporter. Malheureusement, nous avions terminé avec le plus petit bout du bâton. »

Le Tricolore s’était alors incliné 6 à 5 contre les Leafs, pour être écarté des séries, tandis que les Leafs avaient vu les Islanders les coiffer au fil d’arrivée le lendemain midi pour également passer leur tour.

Hélas, l’histoire est tout autre alors que les Canadiens rateront les séries éliminatoires pour la première fois depuis cette saison-là tandis que les Leafs seront absents de la grande danse du printemps pour une septième saison de suite, la plus longue séquence active parmi les clubs de la LNH.

Malgré tout, ce duel, le 15e entre les Leafs et les Canadiens pour terminer une saison, a un enjeu : terminer la saison en beauté après une saison en deçà des attentes.

« Nous devons supprimer cette frustration », de poursuivre Gorges. « Ce ne serait pas juste pour mes coéquipiers, pour nos partisans de sauter sur la patinoire et de ne pas jouer comme nous le devrions. Nous devons y aller à fond pour 60 minutes, 65 si nécessaire.

« Je n’avais pas vraiment réalisé, avant de sauter sur la patinoire ce matin que c’était le dernier match. Il n’y plus rien après ce soir », de renchérir le meneur des tirs bloqués dans la LNH avec 243. « C’est dommage, parce qu’au début de la saison, ton but est de participer aux séries et gagner la coupe Stanley. Avec tout ce qui s’est passé cette saison, cette journée est triste. »

Pour Randy Cunneyworth, le message à ses ouailles sera le même. Que ce soit le premier, le 48e ou le 82e match de la saison, séries ou pas, il n’y a qu’une façon de jouer.

« Nous voulons gagner ce match. Nous voulons jouer avec ardeur, non seulement pour nous, mais aussi pour nos partisans », a souligné Cunneyworth, qui n’apportera pas de modifications à son alignement. « C’est la façon dont le match doit être joué. Pour moi, il n’y a pas d’autres façons de terminer la saison. C’est important de donner un bon spectacle ce soir. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
En rafale - 7 avril
Échos de vestiaire
Le jeu des chiffres - 5 avril 2012
Sommaire : Canadiens-Hurricanes