Sur la défensive

mercredi, 28.03.2012 / 13 h 30 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Sur la d\u00E9fensive

BROSSARD – Des épreuves, Frédéric St-Denis en a traversé bon nombre depuis ses débuts au hockey.

À 26 ans, Frédéric St-Denis s’approche du but ultime de tout hockeyeur, se tailler un poste dans la LNH.

Revoyez le but marqué par Frédéric St-Denis

«De jouer à Montréal, en avant de ma famille, de ma copine, de mes amis, c’est extraordinaire. C’est une façon de remercier tout le monde qui m’a soutenu à travers les années», a expliqué celui qui a effectué quelques allers-retours entre Montréal et Hamilton au cours de la campagne 2011-2012.

En débarquant à Montréal, St-Denis y a retrouvé quelques visages connus. En plus de la horde de joueurs qu’il a côtoyé dans la Ligue américaine, des visages familiers sont aux commandes.

«Ça fait deux ans que je connais Randy Cunneyworth et Randy Ladouceur. Ce sont des entraîneurs que je connais et ça fait de bien lorsqu’ils complimentent ton travail », a laissé savoir St-Denis qui a vu son entraîneur avoir de bons mots pour lui après sa performance de mardi soir contre les Panthers. «Il reste encore quelques matchs à la saison alors ça va être important de bien faire. L’entraîneur m’a fait confiance. J’ai passé du temps en avantage numérique, en désavantage numérique.»

Même si St-Denis n’a disputé que 12 matchs dans la LNH, il compte déjà un fan-club et Josh Gorges en est le président.

«J’ai aimé sa façon de jouer dès la première fois que je l’ai vu jouer. Il fait tout ce qu’on s’attend de lui. Il fait partie des gens qui vont travailler dur, gagner leurs batailles, bloquer des tirs et il ne se plaint jamais », a expliqué Gorges qui en connait tout un rayon sur le sujet, menant d’ailleurs la LNH pour le nombre de tirs bloqués. «C’est bon de voir ça. Il montre chaque fois qu’il saute sur la glace qu’il veut rester ici et c’est un bon signe.»

Du hockey junior AAA à la LNH, le défenseur est passé par les rangs juniors majeurs, universitaires, la AHL et l’ECHL. Même si les équipes ont levé le nez sur ses services lors du repêchage, St-Denis s’est donné comme mandat de faire mentir les dépisteurs. Et lui aussi a son modèle, Josh Gorges.

«Quand tu entends quelqu’un dire quelque chose comme ça, ça te donne le goût de continuer à faire ton travail. Si ça aide quelqu’un d’autre à atteindre ses objectifs, c’est excellent », a expliqué Gorges, qui lui aussi, n’a jamais été repêché. «Mais tout le crédit doit lui revenir. Ça n’a pas été une route facile pour lui, mais il n’a jamais arrêté. Ça démontre bien ce qu’il est.»

Avec encore cinq matchs à faire au calendrier, St-Denis a encore quelques occasions de s’établir avant la prochaine campagne.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
En rafale - 28 mars
Échos de vestiaire
La cour des grands
Le jeu des chiffres - 27 mars 2012
Jeunesse de demain