Jeunesse de demain

mardi, 27.03.2012 / 12 h 55 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Jeunesse de demain

BROSSARD – Les matchs sans lendemain sont choses du passé. Un nouveau chapitre s’ouvre. Un chapitre où le mot-clé est expérience.

Lars Eller devrait retrouver sa position de centre pour affronter les Panthers mardi soir.

Lorsque le Tricolore sautera sur la glace du Centre Bell pour y affronter les Panthers, pas moins de sept joueurs comptant moins de 100 matchs d’expérience dans la LNH pourraient porter le chandail des Canadiens. Et c’est justement de cette précieuse expérience dont il est question lorsque les six derniers matchs de la saison sont abordés.

«Nous avons vu beaucoup de jeunes joueurs faire des pas de géants dans la bonne direction », a lancé l’entraîneur-chef des Canadiens Randy Cunneyworth au sujet des Louis Leblanc, Ryan White, Mike Blunden, Frédéric St-Denis et autre. «Les gars doivent passer à travers un long processus de développement au niveau de la LNH. Ils jouent contre des gars qui ont parfois 10 ans de plus qu’eux et qui ont beaucoup plus d’expérience. Tu apprends de ces expériences. C’est ce qu’on espère que nos jeunes auront appris cette année, comment être de meilleurs joueurs dans la LNH.»

Même s’il est déçu de la tournure des événements, l’entraîneur du Tricolore compte bien utiliser les quelques rencontres restant au calendrier régulier pour amorcer sa préparation en vue de la prochaine saison. De petits changements sont donc à prévoir dans l’alignement, notamment une mutation de Lars Eller au centre, qui a été effectuée lundi matin et qui s’est poursuivie mardi en vue de la rencontre avec les Panthers.

«Pour moi Lars Eller est un joueur de centre. C’est là qu’il a joué la plupart de la saison. Nous l’avons muté à l’aile par moment, mais je crois que ça limite sa créativité et son talent », a avoué Cunneyworth à propos du Danois de 22 ans qui a noirci la feuille de pointage lors des deux derniers matchs. «Le fait est qu’au centre, il peut être beaucoup plus créatif à l’intérieur du système. Nous voulons qu’il joue d’une certaine façon, mais en zone offensive, il peut bouger, se déplacer et il a également le talent pour préparer des jeux et les finir.»

Comptant 62 matchs au compteur en carrière, notamment en raison d’une hernie sportive qui lui a fait rater une bonne partie de la saison 2011-2012, Ryan White enregistre chaque moment de ce qui est en train de se passer avec pour seul objectif que jamais ça ne se reproduise.

«C’est dur. Tu veux faire les séries. Malheureusement, ce n’est pas notre situation présentement », a rappelé White. «C’est important de se rappeler ce sentiment; se souvenir de ce que ça fait de jouer les six derniers matchs de la saison par fierté au lieu de se battre pour une place. Il faut s’en souvenir, continuer d’avancer et utiliser ce sentiment l’an prochain.»

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
En rafale - 27 mars
Dans le calepin - 26 mars 2012
Une question de confiance
Triste réalité