On prend toujours un train

mercredi, 14.03.2012 / 23 h 40 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

MONTRÉAL -- Les Sénateurs ont peut-être pris la voie ferroviaire pour venir à Montréal, mais c’était certainement sans se douter que le train Cole-Desharnais-Pacioretty allait les frapper au cours de la soirée.

Comme à son habitude, le trio de l’heure chez le Tricolore a contribué amplement au pointage, Erik Cole et David Desharnais marquant les deux buts des leurs, alors que Pacioretty a obtenu un point dans un septième match d’affilée, un sommet personnel.

Erik Cole célèbre... avec l'arbitre.

Mais ce qui a surtout retenu l’attention dans cette victoire de 3 à 2 en tirs de barrage, c’est la célébration de but d’Erik Cole, qui a tout bonnement fait un «high-five» à l’arbitre Greg Kimmerly après avoir déjoué Ben Bishop en première période.

«C’était la seule personne autour. Il fallait bien que je célèbre avec quelqu’un», a lancé Cole qui s’est ensuite empressé de rejoindre ses coéquipiers pour la célébration en bonne et due forme. «Je lui ai dit que j’étais désolé après.»

Ayant stoppé tous les tireurs qui se sont présentés devant lui au cours de la séance de tirs de barrage, Carey Price n’a pas hésité une seule seconde à utiliser tout un qualificatif pour décrire le geste de Cole.

«C’est probablement le fait saillant de ma saison! C’était excellent!», a lâché un Carey Price tout sourire après avoir signé sa 25e victoire de la saison. «Il travaille fort. Il travaille, peu importe ce qui se passe, qu’il se fasse mal ou autre, il va toujours passer au travers. C’est pour ça qu’il a une carrière aussi bien remplie.»

Celui qui a mis le point final à la rencontre en tirs de barrage, David Desharnais y est également allé de son grain de sel concernant la célébration de Cole.

«C’est plaisant de voir ça. On a eu assez de moments difficiles cette année. Ça détend l’atmosphère et ça montre juste qu’on peut avoir du plaisir quand on travaille », a expliqué Desharnais, qui s’est ensuite attardé sur sa feinte lors des tirs décisifs.

«J’ai ma feinte. Quand elle marche, elle marche. Quand elle ne marche pas, ça a l’air plutôt bizarre», a lancé sourire en coin celui qui atteint la barre des 55 points avec son 17e but de la campagne en lever de rideau en troisième période. «Tout le monde me disait quoi faire, mais finalement j’y suis allé avec la feinte avec laquelle j’étais confiant.»

Finalement, la soirée a également marqué le retour en scène d’Andrei Markov à Montréal, lui qui n’avait pas foulé la glace du Centre Bell depuis le 13 novembre 2010. Et même le Russe de 33 ans a été impressionné par la tenue du trio de l’heure.

«Ces trois gars-là ont joué ensemble toute la saison. Ce sont des leaders dans cette équipe et c’est toujours plaisant de jouer avec eux », a lâché Markov qui a reçu un accueil chaleureux lorsqu’il s’est amené au milieu de la glace en tirs de barrage. «Nos partisans sont les meilleurs. La foule est bruyante et c’est plaisant de jouer ici. J’ai toujours aimé ça.»

Maintenant que les Sénateurs retournent en train à Ottawa, c’est le train des Canadiens qui entrera en gare au ScotiaBank Place vendredi, pour le deuxième affrontement de la semaine contre les hommes de Paul MacLean.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Érik Cole célèbre... avec l'arbitre
Échos de vestiaire
Sommaire: Sénateurs-Canadiens
Faits saillants