Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Le compteur s’emballe

mardi, 13.03.2012 / 13 h 40 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Le compteur s\u2019emballe

MONTRÉAL – Patrick Holland se rend à l’aréna avec une idée en tête… marquer des points. Et soir après soir, jour après jour, il y arrive toujours.

Lorsqu’on dit d’un joueur qu’il est en feu, c’est qu’il connaît généralement une bonne séquence. Dans le cas de Patrick Holland, on peut littéralement parler d’un brasier.

Patrick Holland connaît d'excellents moments avec les Americans de Tri-City dans la WHL.

À ses 17 derniers matchs, l’espoir des Canadiens cumule une impressionnante récolte de 35 points, enregistrant au minimum un point dans chacune de ces rencontres.

Pour expliquer ses récents succès, le jeune homme qui vient d’avoir 20 ans parle surtout de ses deux compagnons de trio, qui connaissent également de bons moments.

«Au début du mois de février, j’ai été mis sur le premier trio avec deux excellents joueurs offensifs. Depuis ce moment-là, on dirait que les points arrivent chaque soir comme ça. Nous jouons bien ensemble, mais je ne dirais pas que mon jeu personnel s’est élevé tant que ça. De jouer avec ces deux gars-là fait toute une différence», explique Holland qui a été joint à Brendan Shinnimin et Adam Hughesman, le premier trônant au sommet des pointeurs de la WHL et le second siégeant au cinquième rang, soit à deux échelons de Holland.

Surtout reconnu comme un passeur, Patrick Holland domine la WHL pour le nombre de passes avec 81. Au cours de sa séquence de matchs avec au moins un point, il a obtenu quatre buts contre 31 mentions d’aide.

«Quand j’étais jeune, mon père m’a toujours appris à patiner avec la rondelle la tête haute. Même quand j’avais neuf ans, j’étais capable de manier la rondelle sans la regarder », a expliqué Holland à propos de ses talents de passeur. «Tous ces efforts se sont traduits par une meilleure lecture du jeu en grandissant et m’ont permis de faire le bon choix de jeu la plupart du temps.»

Ayant paraphé sa première entente professionnelle le 7 mars 2012, le jeune homme originaire de Lethbridge en Alberta se dit très heureux d’avoir réglé cette question, surtout à l’approche des séries éliminatoires.

«C’est un soulagement d’avoir signé ce contrat. Ça fait une chose de moins à me soucier en cours de saison. Je n’ai pas été avec Montréal depuis bien longtemps, mais jusqu’ici, j’ai été traité mieux que je ne l’aurais imaginé», a confessé Holland que plusieurs considéraient comme une partie mineure de la transaction Cammalleri-Bourque.

«C’est correct avec moi puisque je suis le genre de joueur qui va évoluer sous le radar», a expliqué celui qui a été repêché par les Flames au 193e rang en 2010. «Mais je savais que je pouvais finalement représenter un gros morceau dans l’échange. C’est toujours ton but lorsqu’il y a un échange, de faire que l’équipe qui est allée te chercher ait fait le meilleur coup de la décennie. C’est dur à faire, mais c’est ce que tu veux.»

Avec le genre de performance qu’il obtient en ce moment, Holland est sur la bonne voie pour atteindre son but.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Entente de trois ans pour Patrick Holland 
Radio-téléthon au profit des enfants défavorisés
Profession : trouble-fêtes
De retour à son poste 
Revu et amélioré
Oui, mon général!