Oui, mon général!

dimanche, 11.03.2012 / 1 h 30 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

VANCOUVER – Après une longue attente, la ligne bleue des Canadiens a retrouvé son général : Andrei Markov.

Ayant raté la majeure partie de la saison 2010-2011 et les 68 premières parties en 2011-2012 en raison d’une blessure au genou, Markov a effectué un retour au jeu samedi contre les Canucks. Et ce n’était pourtant pas le plus petit des défis : affronter la deuxième meilleure équipe de la Conférence de l’Ouest, défi que les Canadiens et Markov ont relevé avec brio.

« Oui, c’était bien de jouer un match », a admis Markov, qui disputait son premier match en 483 jours. « C’est agréable de battre l’une des meilleures équipes de la Ligue. Je suis content. »

Jumelé pour la majeure partie de la rencontre à son compatriote et défenseur recrue Alexei Emelin, Markov a effectué 23 présences sur la patinoire, passant un peu plus de 17 minutes sur la patinoire.

« Je me sentais bien », de poursuivre Markov. « Les premières présences ont été difficiles. J’ai dû m’ajuster à la vitesse du jeu, mais après cela, je me suis senti bien. »

Et comment se porte son genou?

« Il est encore là », de répondre Markov, avec humour.

« Je savais que j’allais avoir besoin de temps, mais je me sentais très bien sur la glace », de renchérir le défenseur de 33 ans. « Je vais avoir besoin d’un peu plus de temps pour réaliser la vitesse du jeu, de bien lire le jeu. Je me sentais bien et j’espère que l’on va continuer de cette façon. »

Avec déjà 623 matchs derrière la cravate dans la LNH, Markov n’était pas plus nerveux qu’à l’accoutumée avant de chausser les patins pour affronter les Canucks, malgré son inactivité au cours des 16 derniers mois.

« Je suis toujours nerveux [avant un match]», de conclure Markov. « Je savais que ça n’allait pas être facile, alors je me suis concentré à faire bien les petites choses et les exécuter simplement. »

L’entraîneur-chef du Tricolore Randy Cunneyworth a vu la même chose.

« Il a fait des choses simples et, évidemment, sur les unités spéciales, vous avez pu voir comment il peut déplacer la rondelle », d’expliquer Cunneyworth. « Je crois que c’était un bon match pour replonger dans l’action. Sa charge de travail n’était pas trop élevée. Je crois que cela était là où il le désirait en termes de temps de glace et de responsabilités. Évidemment, il y avait avoir de la nervosité au départ et vous l’avez peut-être remarqué, mais d’être dans le match était important pour lui et il a bien joué par la suite. »

Si Cunneyworth peut se réjouir de pouvoir désormais inscrire un défenseur du calibre de Markov au sein de son alignement, un jeune défenseur des Canadiens pourrait difficilement être plus heureux de voir le numéro 79 reprendre sa place au sein de la brigade défensive. Identifié comme le futur élève de Markov avant sa venue dans la LNH, P.K. Subban n’a pu disputer que dix matchs au côté du défenseur étoile depuis son arrivée avec les Canadiens. Il compte maintenant pleinement en profiter.

« Tout le monde est heureux de le voir de retour », a expliqué Subban, le défenseur le plus utilisé cette saison chez le Tricolore avec une moyenne de 24 minutes. « Lorsqu’il est en santé, il est l’un des trois meilleurs défenseurs dans cette Ligue. Lorsqu’il revient, ça augmente notre niveau de confiance. Même aujourd’hui, je ne suis pas certain de ses statistiques, mais il avait l’air de jouer depuis un bout de temps. C’est assez exceptionnel de voir un gars comme ça, d’apprendre de lui, de le regarder jouer, d’être sur l’avantage numérique avec lui. Il est un passeur incroyable. »

Alors que les Canadiens évoluaient à 5 contre 3 en début de troisième période, Cunneyworth a réuni Markov et Subban à la ligne. Quatre tirs et 47 secondes plus tard, la rondelle se retrouvait derrière Roberto Luongo après que Markov eut servi une passe parfaite à Subban qui décocha un tir sur réception pour donner une avance de 3 à 1 aux visiteurs.

« Toutes les passes venant de lui, tu sais où elles vont être », a déclaré Subban, qui a inscrit quatre de ses sept buts cette saison lors des sept derniers matchs. « Tu n’as qu’à être prêt à lancer. Son synchronisme était parfait. Je ne sais pas comment il fait, mais il le fait. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Sommaire: Canadiens-Canucks
Faits saillants
Top 5 contre les Canucks
Un retour attendu 
Dans le calepin - 9 mars