Dans le calepin - 9 mars

vendredi, 09.03.2012 / 16 h 30 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Dans le calepin - 9 mars

VANCOUVER – Dans le calepin : un nouveau défi pour Plekanec, tout un défi pour les Canadiens et Price aura son fan club.

Tag! – Tandis que David Desharnais représente un cas douteux pour la rencontre de samedi, lui qui n’a effectué qu’une présence lors des deux dernières périodes jeudi à Edmonton en raison d’une blessure au bas du corps, Tomas Plekanec, le meilleur pointeur des Canadiens au cours des deux dernières saisons, semble être destiné à pivoter le trio complété par Max Pacioretty et Erik Cole, les deux meilleurs francs-tireurs de la formation cette année.

« C’est deux gars-là jouent bien. Ils connaissent une bonne saison. Quant à moi, je vais tenter de faire mon travail comme d’habitude sur n’importe quel trio », a expliqué Plekanec. « Jouer avec ces gars sera bien. J’espère les faire fonctionner moi aussi. »

À l’autre bout du spectrum : Après avoir affronté l’équipe occupant le dernier rang de la Conférence de l’Ouest jeudi à Edmonton, les Canadiens auront un tout autre défi : affronter les finalistes de la coupe Stanley et détenteurs du deuxième rang dans l’Ouest : les Canucks. Si le Tricolore a pris au sérieux la jeune formation albertaine, ils prennent davantage au sérieux le défi qui les attend samedi soir.

« Ce sera un défi, oui. Les Canucks sont l’une des meilleures équipes de la LNH et ce, depuis quelques années », d’indiquer Josh Gorges, originaire de Kelowna, à quatre cents kilomètres de Vancouver. « Tu sais quel est le défi lorsque tu affrontes Vancouver. Tu ne pas prendre une présence de repos, d’être mou ou de commettre des erreurs mentales. Leur équipe est trop bonne. Ils ont trop une attaque dangereuse. Ils ont une trop bonne équipe. Nous devons être prêts et préparés à compétionner. Nous devons leur rendre la vie difficile. Nous devons les garder dans leur zone le plus possible, avoir un bon échec-avant. Si nous faisons cela, nous nous donnons une chance de gagner. »

Le numéro 31 dans votre programme, le numéro 1 dans votre cœur : Carey Price est peut-être habitué de jouer devant une foule qui lui est favorable au Centre Bell à Montréal, mais lorsqu’il est question d’amour inconditionnel, il n’y aura qui se compare à la maison pour le gardien de 23 ans. La dernière fois que Price s’est présenté au Rogers Arena, le gardien étoile avait une section qui l’encourageait plus qu’à l’accoutumée alors qu’un autobus de sa ville natale avait été nolisé pour le voir affronter les Canucks.

« Il y aura probablement beaucoup de partisans des Canadiens, sans aucun doute, mais les partisans des Canucks sont assez bruyants, aussi. Ça devrait être divisé 50-50. Je ne sais pas ce qui arrive cette année. Gino Odjick avait organisé cet autobus-là l’an dernier », a expliqué Price, à propos de son fan-club personnel qui comprend notamment son père Jerry et sa mère Lynda. « Je crois que des parents et amis feront le voyage depuis le voyage depuis Williams Lake et c’est tout. C’est une expérience différente ici sur la cote ouest. Je ne peux pas l’expliquer, mais c’est différent. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
En rafale
Connaissez-vous vos Canadiens ?
Un 8 mars fort différent
Entente de trois ans pour Patrick Holland