On se retrouve enfin, Saddledome

mardi, 06.03.2012 / 15 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


On se retrouve enfin, Saddledome

CALGARY – La rencontre de mardi soir au Saddledome aura une saveur particulière pour deux joueurs des Canadiens.

Pour l’un, Rene Bourque, il appelait cet amphithéâtre en forme de selle, son domicile, il y a à peine deux mois. Pour l’autre, Ryan White, il foulera la glace du Saddledome pour la première fois depuis son stage junior de quatre ans avec les Hitmen de Calgary.

« Simplement venir à l’aréna et se promener dans la ville est spécial », d’indiquer White, qui a disputé 275 matchs avec les Hitmen. « C’est un endroit très cool pour moi. J’en ai beaucoup de bons souvenirs. C’est certainement excitant d’être de retour.

« J’ai joué à la Classique Héritage l’an dernier, mais c’est la première fois que je vais jouer au Saddledome », de poursuivre l’attaquant, dont les parents ont fait le voyage depuis Brandon au Manitoba. « Ce fut quatre belles années. »

Bourque, quant à lui, disputera son premier match au Saddledome depuis le 10 décembre dernier contre Edmonton, disputant ses neuf derniers matchs dans l’uniforme des Flames sur la route avant la transaction qui l’amena à Montréal le 12 janvier, alors que Michael Cammalleri a pris le chemin inverse.

« C’est certain que c’est un sentiment différent. Tu viens à l’aréna et tu te diriges vers le vestiaire de l’équipe visiteuse pour la première fois en quatre ans », d’explique Bourque. « Je suis excité de jouer ce soir. J’ai vu quelques amis et de la famille hier. Ça fait du bien d’être de retour. »

L’athlète de 30 ans ne s’attend pas à un traitement spécial de ses anciens partisans.

« Je ne crois pas qu’il n’y aura rien d’exceptionnel. Je ne crois pas que je serai hué. Les partisans sont habitués à ce genre de choses », d’admettre Bourque.

« Je suis déjà passé par là à Chicago », a renchéri Bourque. « Ce fut davantage un choc lorsque je suis retourné pour la première fois à Chicago pour jouer un match. J’y suis habitué. Je ne crois pas que je serai aussi nerveux qu’il y a quelques années. »

Originaire de Lac La Biche, à six heures de route de la métropole albertaine, Bourque ne pourra toutefois compter sur l’appui de ses géniteurs.

« Mes parents ne seront pas là; ils sont à Hawaii », a lancé le nouveau numéro 27 des Canadiens, tout sourire. « Ils avaient arrangé ce voyage avant que je sois échangé. »

S’il espère fortement quitter Calgary après la rencontre de ce soir avec deux points de plus au classement, Bourque est néanmoins assuré de partir de son ancienne ville avec un peu plus de bagages qu’à son arrivée lundi en fin de journée.

« Je possède une maison ici. J’y suis allé hier », a indiqué Bourque. « Je n’avais pas eu beaucoup de temps lorsque j’ai été échangé à Montréal. J’ai ramassé un paquet de vêtements pour ramener là-bas. Aussi, ça fait du bien de dormir dans son propre lit pendant une nuit. »

Heureusement, Bourque n’a pas eu de mauvaise surprise lorsqu’il a ouvert le réfrigérateur. Pas de lait périmé. Pas de légumes qui ont pris vie.

« Des gens sont venus voir la maison il y a quelques semaines », a poursuivi Bourque. « Je ne l’avais que depuis deux mois. Je n’étais pas complètement installé, mais je vais la vendre cet été. »

Personne dans le vestiaire des Canadiens n’ignore qu’une victoire serait plutôt douce pour l’ancien des Flames.

« C’est certain que c’est une motivation de plus », a indiqué David Desharnais, le meilleur pointeur des Canadiens avec 51 points. « Rene fait partie de l’équipe maintenant. C’est toujours plaisant de jouer contre son ancienne équipe et d’avoir une victoire. «

Quant aux fameux billets verts à l’enjeu lors de telles rencontres, cela est encore en suspens.

« Pas encore », d’admettre Desharnais, le sourire en coin. « Peut-être ce soir, mais on sait que c’est important pour lui. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
En rafale - 6 mars 2012
Engqvist rappelé des Bulldogs
Dans le calepin – 5 mars 2012

Après-match - 3 mars 2012
Éviter les distractions