L’après-match : 28 février 2012

mardi, 28.02.2012 / 23 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

TAMPA BAY -Dans l’après-match : Geoffrion entre dans l’Histoire, Cunneyworth crédite Garon et Staubitz a montré son savoir-faire.

Entrer dans l’histoire : En sautant sur la glace du Tampa Bay Times Forum mardi soir, Blake Geoffrion marquait l’histoire en devenant le premier joueur d’une quatrième génération familiale à enfiler le chandail des Canadiens.

Blake Geoffrion

«C’est sûr que quand j’ai enfilé le chandail pour la première fois c’était spécial. Mais je ne veux pas être distrait de mon objectif. Dans quelques années, je pourrai regarder en arrière et me souvenir à quel point c’était spécial, mais maintenant, je dois me concentrer et aider cette équipe à gagner des matchs», a lancé Geoffrion qui aura probablement une fois de plus quelques papillons dans l’estomac jeudi, alors que le Tricolore sera au Centre Bell. «Mon père et ma mère y seront. Ça va être vraiment spécial. J’espère qu’on va pouvoir enregistrer une victoire.»

Une chose est sûre, le jeune homme de 24 ans n’a pas eu beaucoup de temps pour avoir le trac, puisque le pilote du Tricolore Randy Cunneyworth l’a utilisé à outrance en première période.

«Ça a fait du bien de pouvoir jouer un bon nombre de minutes comme ça en partant. J’étais un peu fatigué vers la fin de la première. J’étais surpris d’être autant utilisé », a avoué Geoffrion qui a terminé au sommet de la colonne du temps de glace chez les attaquants des Canadiens en première période.

En pleine possession : Les partisans ont décidé que Mathieu Garon était la première étoile du match de mardi soir. Et ce n’est certainement pas l’entraîneur-chef des Canadiens qui va les contredire, ayant vu un bon nombre de tirs de sa troupe se buter au cerbère du Lightning.

«Leur gardien a été excellent. Nous avons eu quelques occasions où il nous a fermé la porte. Les deux gardiens ont bien joué. Carey nous a gardé dans la rencontre. Mais ça a été un bel effort de Garon, il faut l’avouer », a mentionné Cunneyworth, qui a vu ses joueurs percer la muraille à une seule reprise en 24 tentatives. «Nous avons travaillé dur. Nous n’avons jamais abandonné, nous avons connu quelques longues séquences dans leur territoire. Mais nous avons eu un incroyable spectacle de gardiens.»

Cinq minutes avec Staubitz : Amené à bord pour ajouter un aspect physique au Tricolore, ça n’aura pas pris beaucoup de temps à Brad Staubitz pour faire sa place. Avant que la deuxième période ne soit terminée, l’attaquant de 6-pieds-1 avait déjà cumulé 12 minutes de pénalité, grâce à une pénalité d’obstruction et une inconduite de 10 minutes pour avoir accroché Ryan Malone à partir du banc après que l’attaquant ait sauté sur Alexei Emelin devant le banc.

«J’ai été un peu surpris. Emelin a fait du très bon travail pour se défendre, le frappant après avoir lui-même reçu un coup. Malone a réagi un peu trop violemment et nous a donné un avantage numérique de cinq minutes. Au final nous étions gagnants », a mentionné Staubitz. Même si le joueur des Canadiens n’était pas sur la glace pour laisser tomber les gants lorsque l’incident est arrivé, il a eu la chance de se mesurer à Pierre-Cédric Labrie un peu plus tard en troisième période, après que ce dernier eut frappé Chris Campoli.

«J’ai vu la mise en échec du coin de l’œil, alors j’y suis allé et j’ai défendu mon coéquipier », a conclu Staubitz qui affrontera son ancienne équipe jeudi alors que le Wild sera au Centre Bell. «Ça fait partie de mon jeu; je joue de façon robuste chaque fois que j’en ai l’occasion. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Le jeu des chiffres - 28 février 2012
Bienvenue à bord

L'échiquier
Rappel de Geoffrion; Leblanc à Hamilton