De la bonne télévision, mais…

jeudi, 23.02.2012 / 13 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


De la bonne t\u00E9l\u00E9vision, mais\u2026

BROSSARD – L’heure de la date limite des transactions approche à grands pas. Personne ne peut l’ignorer.

Tandis que les chaînes de télévision font la promotion des émissions en direct qu’ils diffuseront à compter de six heures lundi matin, que la Twittosphère s’enflamme à coups de rumeurs les plus crédibles les unes que les autres, les joueurs des Canadiens ont pris part un dernier entraînement au Complexe sportif Bell de Brossard avant de quitter pour un voyage de trois matchs sur la route au cours duquel ils auront à vivre le cirque Date limite des échanges cuvée 2012.

Si les amateurs en ont habituellement pour leur argent lors de cette journée, les joueurs… pas autant.

« Nous allons pratiquer tôt cette journée alors nous allons peut-être jeter un coup d’œil lorsque nous allons quitter la glace », a expliqué Petteri Nokelainen à propos de l’entraînement prévu en Floride lundi matin, lui qui a obtenu le feu vert des médecins. « Tu sais que quelque chose va arriver. Je suis certain que c’est excitant pour les partisans, mais c’est extrêmement stressant pour les joueurs. Ce n’est pas notre jour favori, c’est certain.

L’entraîneur-chef des Canadiens Randy Cunneyworth peut certainement se mettre dans la peau de ses joueurs, lui qui avait été impliqué dans une transaction à la date limite des échanges en 1994, prenant le chemin de Chicago depuis Hartford en compagnie de Gary Suter.

« Chaque joueur est différent. Peut-être que certains veulent partir, d’autres veulent rester », a indiqué Cunneyworth. « Le focus doit être sur ce qu’on doit faire à ce moment-ci. Tu dois mettre ces éléments de côté. Tu dois t’occuper de ce que tu contrôles, et ça, tu ne le contrôles pas. Tu ne dois pas y penser. Le focus doit être sur la pratique d’aujourd’hui, la préparation de ce soir, le match de demain. Nous devons être prêts à jouer. Si vous voulez quitter, tu dois jouer avec ardeur. Il n’y a pas d’autres alternatives. Le travail est de jouer avec ardeur, peu importe la situation, peu importe tes intentions, peu importe les intentions de la direction. »

Si son nom ne circule pas dans les rumeurs de transaction, lui qui a paraphé une prolongation contrat de six ans avec le Tricolore le 1er juillet dernier, Josh Gorges ne peut en dire autant de son bon ami Travis Moen, qui pourrait devenir joueur autonome sans compensation au terme de la campagne. Mais qu’il le fait sur la glace, Gorges tient à vanter les mérites de ses coéquipiers.

« Travis a été un gros morceau de cette équipe », a exprimé Gorges, qui avait été acquis par les Canadiens en février 2007 quelques jours avant la date fatidique. « C’est un gars qui saute sur la glace et donne tout ce qu’il a chaque match. Tu sais ce que tu vas obtenir avec Travis. La raison pour laquelle son nom circule autant c’est le genre de joueur que chaque équipe veut. C’est un gars qui va jouer pour ses coéquipiers. Il va faire toutes les petites choses qui aident une équipe à gagner. Il n’est pas un gars qui se plaint ou qui chiale dans le vestiaire ou parle contre les entraîneurs. »

Si 24 joueurs ont utilisé leur billet aller pour Washington, un point d’interrogation demeure toujours, lorsque ce moment-ci de l’année arrive, combien de joueurs utiliseront leur également leur billet retour.

« On ne sait jamais ce qui va arriver. Il y a beaucoup de changements cette année », a admis Yannick Weber. « L’équipe n’est pas la même depuis un bout de temps. Ce genre de choses arrive. Nous verrons lorsque nous reviendrons. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Pas de gants blancs 
En rafale - 23 février
Voir des étoiles 
Le dernier mot : Seann William Scott
Dans le calepin - 20 février 2012