Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Dans le calepin - 17 février 2012

vendredi, 17.02.2012 / 12 h 18 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Dans le calepin - 17 f\u00E9vrier 2012

BUFFALO – Dans le calepin : les Sabres n’oublieront pas, Randy Cunneyworth n’a pas oublié et Erik Cole parle de réciprocité.

La vengeance au cœur : Lorsque votre adversaire joue la veille, ça peut avoir ses avantages : voyagement, fatigue, etc. Mais lorsque votre adversaire reçoit une sérieuse raclée comme ce fut le cas pour Buffalo jeudi soir à Philadelphie où ils ont encaissé un revers de 7 à 2, les Canadiens peuvent s’attendre à ce que les Sabres sortent en lions.

« La plupart des équipes, lorsqu’elles se font donner une correction comme celle-là, ils menaient 2 à 0 dans le match – ce n’est pas comme si ils perdaient 7 à 0 et étaient revenus à 7 à 2, vont rebondir », a expliqué Mathieu Darche, qui a été utilisé pendant au moins 17 minutes lors des huit derniers matchs. « Ils avaient le match, mais ils se sont faits dominés par la suite. Je suis certain que leur entraîneur leur en a donné et leur a parlé dans le casque ce matin. Ils reviennent devant leurs partisans. On va s’attendre à leur meilleur effort ce soir. »

Erik Cole parle aux médias

Retour aux sources : Ayant passé près d’une dizaine de saisons dans l’organisation des Sabres, dont sa dernière saison en tant que joueur en 1998-1999, l’entraîneur-chef des Canadiens Randy Cunneyworth effectuera ce vendredi un retour au First Niagara Center. Étant donné qu’il s’agit de la première visite du Tricolore à Buffalo cette saison depuis son arrivée derrière le banc du Tricolore en octobre dernier, Cunneyworth se retrouvera quelque peu en terrain inconnu.

« C’est agréable d’être de retour à Buffalo. J’ai eu du bon temps ici », a indiqué Cunneyworth. « Rien n’a changé à part le fait que je serai derrière un banc différent. Nous voulons nous assurer que l’équipe soit prête à livrer bataille.

« La saison [1998-]1999 est probablement mon meilleur souvenir », a poursuivi Cunneyworth, à propos de la saison où les Sabres s’étaient rendu en finale de la coupe Stanley avant de s’incliner contre les Stars sur un but controversé de Brett Hull. « C’était un moment excitant en tant que joueur. Nous avons été déçus du résultat final, mais je crois que beaucoup de partisans ont apprécié. »

Les deux font la paire : À égalité au sommet des pointeurs des Canadiens après 58 matchs grâce à une récolte de 44 points, Erik Cole et Max Pacioretty ont été, en compagnie de David Desharnais, les plus dangereuses armes offensives du Tricolore en 2011-2102. Les similitudes entre les deux attaquants : ils ont tous deux dû conjuguer avec une fracture au cou au cours de leur carrière et ils pratiquent tous les deux un style de jeu nord-sud avec une pincée de robustesse. Tandis que plusieurs concèdent à Cole une part des succès de Pacioretty, le vétéran attaquant clame qu’il s’agit d’un échange de bons procédés.

« Je crois que jouer ensemble nous a aidés tous les deux. Je vais identifier quelques éléments puis il va m’en indiquer également, tout comme à l’époque avec Cory Stillman, Ray Whitney et d’autres joueurs intelligents avec qui j’ai eu le luxe d’évoluer au fil des années », a expliqué Cole, à propos de la progression de Pacioretty cette saison. »

Malgré leur égalité au sommet des pointeurs, Pacioretty a néanmoins l’avantage dans la colonne des buts alors que Cole accuse un retard de deux sur les 24 filets inscrits l’attaquant de 22 ans.

« Max est le genre de gars que lorsqu’il se retrouve devant un défi, la plupart du temps, il va réussir, que ce soit pour prouver que les autres ont tort, ou pour prouver qu’il a raison », d’ajouter Cole. « Il sait qu’il a le gabarit et la vitesse pour pratiquer ce sport avec une certaine conviction qui va donner du fil à retordre aux gars qui doivent l’affronter. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
Échos de vestiaire
En rafale
Collecte annuelle de patins
Dans le calepin - 16 février 2012
Tirer le positif