Le calme avant la tempête

mercredi, 15.02.2012 / 13 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

BROSSARD – Même si les rencontres Canadiens – Bruins ont pris une tournure un peu plus calme cette saison par rapport à l’an dernier, ce ne sont pas pour autant des matchs où l’intensité sera remisée au vestiaire.

«L’an dernier, c’était un peu extrême aussi. Jusqu’ici cette saison, ça n’a pas été la même chose. Tout le monde est un peu plus relax », mentionne Lars Eller au sujet des 59 minutes de pénalité décernées en moyenne lors des affrontements l’an dernier.

Ryan White parle aux médias

Ceux qui voient un biais dans cette statistique en raison du match fou où 182 minutes de pénalités ont été décernées ont raison. Par contre, en faisant abstraction de cet impressionnant chiffre, la moyenne est tout de même passée de 34minutes l’an dernier à 18 minutes cette année.

«Mais ça ne veut pas dire qu’il n’y aura pas d’émotions ce soir », assure toutefois Eller qui s’attend au même effort qu’à l’habitude de la part de la troupe de Claude Julien. «Ça va être comme d’habitude. Un match rapide. Ils vont mettre la rondelle derrière nous et jouer de façon physique, leur force. Et bien sûr ils auront un gardien en pleine possession de ses moyens.»

Toutefois le Tricolore aura un atout dans sa manche qu’il n’avait pas lors des cinq rencontres précédentes cette année, Ryan White.

«Il va apporter beaucoup d’énergie. Ça fait un bon moment qu’il est à l’écart et il a faim. Nous savons ce qu’il va apporter à la table. Ça va être bien de l’avoir là», a lancé le Danois.

Pour le jeune manitobain de 23 ans, le retour au jeu n’aurait pas pu se faire à un meilleur moment.

«Cette saison, je voulais prouver à tout le monde que j’ai ma place dans la LNH, alors ça a été difficile de ne pas pouvoir jouer. Maintenant, je peux montrer ce que je sais faire et je suis prêt», a scandé White qui compte 17 minutes de pénalité contre les Bruins en seulement quatre matchs en carrière, soit plus que contre n’importe quelle autre équipe.

«Ce ne sont pas que des rivaux, mais ce sont aussi les champions de la coupe Stanley et une équipe qui connaît du succès, alors ce sont deux gros points à aller chercher ce soir. Nous avons bien joué contre eux jusqu’ici cette saison et j’aime personnellement jouer contre eux parce que c’est mon style. Ça va être une atmosphère robuste ce soir et c’est ce à quoi je me prépare. Je ne sais pas si c’est voulu, mais ça tombe bien que ce soit contre eux que je revienne.»

Ça tombe bien pour tout le monde… sauf pour les Bruins.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
En vrac
En rafale
Entraînement émotif
Après-match: 13 février 2012

Des rappels qui ont du punch
Le Tricolore rappelle Ryan White