Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Entraînement émotif

mardi, 14.02.2012 / 13 h 30 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Entra\u00EEnement \u00E9motif

BROSSARD – Au cours d’un entraînement plutôt intense qui a duré environ une heure, la troupe de Randy Cunneyworth a travaillé d’arrache-pied mardi matin.

Après une défaite crève-cœur lundi soir contres les Hurricanes, l’émotion était à son comble au cours des différents exercices. L’entraîneur adjoint Randy Ladouceur, qui est d’ordre général assez vocal sur la glace, n’a pas hésité à faire entendre son mécontentement après un exercice qui n'avait pas été exécuté à son goût.

«Les choses ne vont pas très bien en ce moment, c’était une difficile défaite hier et je crois qu’il en avait assez de nous voir blaguer. Ce n’est pas seulement à propos de [Scott] Gomez», a mentionné Ryan White au sujet de celui vers qui les propos de Ladouceur étaient principalement dirigés.

«Ladouceur peut te remettre à ta place de bonne façon – je l’ai entendu à quelques reprises. Il peut rabrouer même les meilleurs, mais ce n’est rien, ça arrive tout le temps », a rappelé White qui sera de la formation des Canadiens face aux Bruins. «Pour être franc, j’aime ça. Ça donne une étincelle pour le reste de l’entraînement. Si on regarde les trois exercices qui ont suivi, tout le monde était bien concentré et personne ne voulait faire d’erreur.»

Du côté de Gomez, l’attaquant vétéran de 32 ans assure qu’il n’y a là rien de bien inhabituel.

«Ça arrive tout le temps. Je n’ai pas fait l’exercice comme il faut. Ça démontre à quel point la passion pour le jeu brûle toujours en nous. Ce n’est pas la première ni la dernière fois que ça arrive», a assuré Gomez. «Ce n’était rien. C’était un entraîneur qui criait après un joueur pour avoir mal fait l’exercice, rien de plus.»

Après avoir discuté de la situation lors de son point de presse, l’entraîneur-chef Randy Cunneyworth a assuré qu’il était totalement en accord avec le geste posé par son adjoint et qu’il n’a pas vu de raison d’intervenir lui-même.

«Je crois que Laddy avait la situation bien en contrôle», a rigolé Cunneyworth avant de revenir sur la rencontre de lundi soir. «La façon la plus simple de se faire comprendre sur la glace est de travailler aussi dur que possible à l’intérieur du système. Il faut que tout le monde soit à bord. Ce n’était pas le cas hier.»

Et pour affronter l’équipe numéro deux au classement, il faudra que tout le monde soit à bord. Bonne nouvelle, Ryan White sautera dans le train pour une première fois en 2011-2012.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
En rafale
Échos de vestiaire
Après-match: 13 février 2012
Des rappels qui ont du punch

Le Tricolore rappelle Ryan White et Ian Schultz
Jouer les troubles-fête