Un meilleur sort

vendredi, 20.01.2012 / 23 h 05 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Un meilleur sort

PITTSBURGH - Les Canadiens méritaient beaucoup mieux que de quitter Pittsburgh avec un seul point.

Mais Evgeni Malkin n'est pas le meilleur pointeur de la LNH par accident. Après avoir inscrit le filet égalisateur avec moins de cinq minutes à faire en temps réglementaire, le talentueux attaquant russe a joué les héros en tirs de barrage et donner aux Penguins un gain de 5 à 4 contre les Canadiens.

« C'est une défaite difficile à encaisser », a indiqué l'entraineur-chef du Tricolore Randy Cunneyworth, à propos du septième revers du Tricolore en fusillade cette saison. « Les gars ont travaillé fort contre une très bonne équipe. Les Penguins mettaient beaucoup de pression et ils ont marqué un beau but. Nous devons travailler plus fort à mettre plus de pression. Des fois, c'est difficile. Tu ne veux pas t'asseoir sur ton avance, mais c'est ce qui est arrivé. »

Ce point, le 43e au classement, a un goût amer alors que la formation montréalaise s'était donné un coussin de deux buts avant la fin du deuxième engagement. Mais les Penguins, qui étaient à la recherche d'un cinquième gain de suite, n'ont pas lâché le morceau pour finalement atteindre leur but.

« C'est frustrant pour tout le monde », a admis Cunneyworth. « On méritait probablement un meilleur sort pour l'effort que nous avons déployé. C'est une bataille de tous les instants sur la glace. Nous devons continuer de nous battre et jouer jusqu'à la fin. C'est certainement difficile à avaler. Tu dois garder la tête haute et demeurer positif. »

« Les unités spéciales sont vitales à chaque partie », de poursuivre Cunneyworth. « Nous n'avons pas gagné suffisament de ces batailles des unités spéciales. La plupart du temps, lorsque tu remportes ces batailles, tu remportes ces matchs. »

Les joueurs des Canadiens semblent peut-être se répéter - ils répondent toutefois souvent à cette même question - mais ils n'ont pas l'intention d'abdiquer tant qu'il n'y aura pas un "z" ou toute autre lettre de l'alphabet inscrite à côté de Montréal au classement pour indiquer qu'ils sont éliminés de la course aux séries.

« Tant que mathématiquement c'est possible, il faut y croire », d'expliquer Mathieu Darche. « Je sais qu'il y a beaucoup de personnes qui ont dit que aussi loin dans la saison, aucune équipe n'est revenue d'un écart de dix points, mais il y a une première fois à toute chose. On va continuer à y croire. Ce n'est pas comme si on se faisait démolir dans les matchs. On en parle depuis deux ou trois mois, il faut une exécution plus constante. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Le jeu des chiffres - 20 janvier 2012
Le premier quoi?
L'avantage en panne

Un match capital