Remettre les pendules à l’heure

jeudi, 12.01.2012 / 14 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Remettre les pendules \u00E0 l\u2019heure

BOSTON – Après une journée où beaucoup de choses se sont dîtes, les Canadiens ont pris la parole à leur tour pour discuter des propos tenus par leur tireur d’élite.

Suivant l’entraînement de mercredi matin à Brossard, Michael Cammalleri a discuté des performances de la saison 2011-2012 avec certains membres des médias montréalais. Avant même que le soleil ne soit couché, les propos de Cammalleri sont devenus le point de mire d’une ville qui voit son équipe connaître des moments plus difficiles en raison des blessures et d’un manque de production. Les Canadiens en ont profité jeudi, à Boston, pour remettre les pendules à l’heure et repartir à neuf.

Michael Cammalleri a dirigé la séance d'étirements.

«Il faut régler la situation parce que c’est important de faire table rase et de s’assurer que ce ne soit pas le point central de la journée», a lancé Josh Gorges lançant au passage une pointe aux médias présents. «On ne veut pas se concentrer sur ce dont vous parlez, ce que vous dîtes au public. Nous en avons discuté, avons réglé la situation et maintenant notre attention se porte sur notre travail et sur le match à Boston.»

Profitant de la tribune, Michael Cammalleri a tenu à faire le point sur ses propos, prenant la peine d’adoucir certains des éléments qui ont été rapportés.

«C’était un peu fou hier. C’est un sport d’émotions et nous sommes en 12e position. Ce n’est pas plaisant de perdre. Tu veux toujours gagner et tu veux toujours en faire plus. Je crois que mes commentaires concernant l’avantage compétitif d’une équipe qui gagne par rapport à une équipe qui perd étaient plutôt inoffensifs. Je ne crois pas que c’était une primeur», a commenté Cammalleri lorsqu’assailli par tous les journalistes présents.

Au sujet des rumeurs entourant un éventuel échange l’impliquant, le tireur d’élite des Canadiens a tenu à rappeler que sa relation avec Montréal dépassait le monde du hockey.

«J’aime Montréal. Je viens de me faire construire une maison à Montréal. J’aime jouer à Montréal. Je crois que j’ai développé une histoire d’amour avec cette ville », a laissé tomber le numéro 13. «J’aime ça ici, ma famille aussi. J’aime aussi tout ce que ça veut dire de jouer pour les Canadiens de Montréal.»

Connaissant bien le marché montréalais pour y être depuis déjà six ans, Josh Gorges relativise la situation.

«En raison des médias, ce genre de choses prend généralement beaucoup de place à Montréal et ça prend souvent des proportions qui sont exagérées », a mentionné l’assistant-capitaine du Tricolore. «Nous en avons discuté, nous comprenons la situation et maintenant il faut se concentrer sur les Bruins parce qu’il va falloir être à notre meilleur.»

Et Josh Gorges a bien raison lorsqu’il mentionne que le Tricolore devra être à son meilleur jeudi soir puisque les Bruins présentent une fiche de huit victoires et deux défaites à leurs 10 derniers matchs. Toute cette préparation a débuté par un entraînement matinal au TD Garden. Et devinez qui s’est retrouvé au milieu de ses coéquipiers pour la séance d’étirements…

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
En vrac
En rafale - 12 janvier 2012
Brian Gionta a subi avec succès une intervention chirurgicale à un biceps
Le remède

En panne d'inspiration