Dans le calepin - 5 janvier 2012

jeudi, 05.01.2012 / 13 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Dans le calepin - 5 janvier 2012

BROSSARD – Dans le calepin aujourd’hui : Lars Eller se fait agacer, Travis Moen le héros obscur et Erik Cole fait du temps.

Le héros de la soirée – Au lendemain de sa soirée de rêve, c’est avec un énorme sourire encore accroché aux lèvres que Lars Eller a rencontré les médias suite à un entraînement en gymnase.

Lars Eller remercie ses partisans

«Mes parents ont regardé le match et ils ont réveillé la ville en entier… du moins c’est ce qu’ils m’ont dit. Ils étaient très contents. Je leur ai parlé jusqu’à tard dans la soirée», a lancé d’entrée de jeu le centre de 22 ans qui a marqué quatre buts en plus d’obtenir une mention d’aide.

Et ces quatre buts, c’est avec style qu’il les a obtenus, couronnant le tout avec un superbe spin-o-rama en tir de pénalité en fin de match. Lors de sa venue sur la glace après avoir été bien sûr nommé la première étoile de la rencontre, Eller s’est permis de longuement saluer la foule, ce qui lui a valu quelques moqueries de la part de ses coéquipiers.

«Les gars m’en ont beaucoup parlé ce matin. Avoir su, je ne serais probablement resté aussi longtemps sur la glace, mais c’était bien d’apprécier le moment », a lancé le Danois qui a été chaleureusement applaudi par les 21 273 spectateurs présents. «Ce n’est pas tous les soirs que tu as la chance de marquer quatre buts. »

Le héros «obscur» de la soirée – Évoluant au sein du trio de Lars Eller en compagnie d’Andrei Kostitstyn, Travis Moen a également connu une soirée plus qu’enviable, obtenant notamment sa soirée de travail la plus productive offensivement au cours de ses 560 matchs dans la LNH.

«J’en ai été près à plusieurs moments dans ma carrière, mais de finalement obtenir une soirée de trois points, c’était assez cool», a mentionné Moen qui s’est fait complice sur deux des buts de Eller, en plus de participer à celui de Kaberle.

«Un but est un but, mais de pouvoir participer à des jeux avec un peu plus de dentelle qui feront partie des faits saillants, c’est toujours satisfaisant », a ajouté celui qui est beaucoup plus reconnu pour son jeu agressif en fond de territoire que pour son jeu de passe. «C’était une bonne soirée pour ça.»

Ça, c’est du temps – Il n’est pas rare de voir un défenseur disputer plus de 27 minutes dans une rencontre… mais un attaquant? Pour Erik Cole, il s’agissait d’une première expérience, lui qui en est pourtant à sa dixième saison dans la LNH.

«Je savais qu’il y avait des chances que ça se produise. On en avait discuté il y a de cela deux jours après un entraînement. L’entraîneur voulait savoir si j’étais prêt à jouer plus de minutes. Lorsque je suis sorti de cet entretien, j’ai foncé à la maison pour me reposer », a lancé Cole, qui a visiblement bien fait puisque deux jours plus tard, il disputait 27 minutes 4 secondes de temps de jeu. «Je ne me sens pas si mal. J’aurais cru être un peu plus fatigué aujourd’hui que je ne le suis. La seule chose qui change, c’est le nombre de repas que je vais manger aujourd’hui pour refaire les réserves.»

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Match des étoiles 2012 - Résultat final
Au 81e ciel

Louis Leblanc cédé aux Bulldogs de Hamilton

Place au match numéro 7