Créer sa chance

samedi, 31.12.2011 / 22 h 30 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

SUNRISE - Il faut créer sa chance. Tel était l'essentiel des propos tenus par les Canadiens au terme de la rencontre avec les Panthers.

Et cette chance, ce n'est pas des fers à cheval, des pattes de lapin ou des trèfles à quatre feuilles qu'elle doit venir, mais bien du travail acharné et d'un effort soutenu.

«Il faut créer nos propres chances, et ça, ça passe par un travail acharné comme ce que nous avons fait en fin de match. Nous avons foncé au filet, travaillé fort et il faut qu'on fasse ça à cinq contre cinq» a lancé Randy Cunneyworth à propos de la poussée en fin de rencontre qui a menée au but d'Erik Cole avec 30 secondes à faire en troisième.

«Il faut jouer physique. Il faut se faire frapper, frapper nous-mêmes», a renchéri le pilote du Tricolore. «Nous avons montré beaucoup de caractère en fin de match. C'est le genre d'émotion qu'il faut avoir durant toute la rencontre.»

Du côté de celui qui a redonné un espoir aux Canadiens en fin de match, la défaite est peut-être dure à encaisser, mais il y a quand même des signes encourageants.

«Il n’est jamais trop tard. Nous avons eu quelques bonnes occasions vers la fin, mais notre avantage numérique aurait dû être meilleur ce soir. Si nous avions pu en marquer un, peut-être que ça nous aurait aidé à garder le momentum. Nous avons eu une très bonne première période », a mentionné Cole, avouant du même souffle que ce n’était pas la première fois qu’il voyait une telle performance. «Je pourrais me tenir devant vous dans le vestiaire et vous offrir les mêmes commentaires que l’autre soir à Tampa; c’est la même histoire qui se répète encore et encore et il faut régler ça.»

Toutefois une chose a différencié la rencontre de jeudi contre le Lightning et celle de samedi contre les Panthers ; la robustesse et l’émotion étaient à leurs combles samedi. Il y a eu beaucoup d’action après les sifflets et quelques invectives ont été échangées. Trouvant le fond du filet pour une neuvième fois au cours de la saison 2011-2012, Travis Moen a contribué au pointage, même si la rencontre lui a aussi permis de démontrer sa principale spécialité.

«Il y avait beaucoup de bon vieux hockey ce soir sur la glace. Beaucoup d’échauffourées, beaucoup de prises de têtes et de passages de gants au visage », a mentionné Moen à propos notamment des 66 mises en échec qui ont été décernées de part et d’autre samedi soir. «Ce genre de match est généralement assez plaisant.»

Maintenant que l’année 2011 est terminée, l’année 2012 peut s’amorcer et une chose certaine, les Canadiens vont avoir quelques résolutions à prendre.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI :
Sommaire
Faits saillants
Centrale du Championnat mondial de hockey junior
Partie en cinq minutes