Une nouvelle saison dès mardi

vendredi, 23.12.2011 / 24 h 30 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

WINNIPEG – Une chaîne est aussi solide que le plus faible de ses maillons.

Si les Canadiens désirent mettre un terme à leur léthargie, ils s’en sortiront en équipe. Après avoir encaissé un cinquième revers de suite, dont trois lors de ce périple à l’étranger les ayant menés à Boston, Chicago puis Winnipeg, les joueurs étaient unanimes : personne ne pourra freiner seule cette séquence.

« Nous devons garder en tête quel est notre objectif et c'est de faire les séries », a clamé Carey Price au terme du revers de 4 à 0 contre les Jets jeudi soir. « Et nous ne réussirons pas individuellement. Il n'y a aucune chance que ça se produise en faisant ça individuellement. Nous devons pousser tous ensemble. C'est un fait assez simple. »

Laissé souvent à lui-même au cours de la rencontre, limitant les dégâts en repoussant 30 des 34 tirs des Jets tout en multipliant les arrêts lors de nombreux surnombres, Price a réitéré que la solution aux maux des Canadiens se retrouve au sein d’un effort collectif et nulle part ailleurs. Une approche digne des Trois mousquetaires.

« On doit compter sur chaque individu dans ce vestiaire. Nous ne réussirons pas à atteindre notre objectif si nous ne faisons pas ce qui est écrit sur ce tableau en tant que groupe », a exprimé Price, en jetant un regard au tableau blanc installé tout près de son casier. « Si quelqu'un ne veut pas le faire, c'est toute la chaîne qui casse. »

Même si c’était loin d’être le scénario rêvé en terminant sur cette note, la pause de Noel de quatre jours pourrait avoir des effets bénéfiques pour la troupe de Randy Cunneyworth.

« Il faut déconnecter et se regarder dans le miroir. C’est facile de blâmer les autres. Il faut chacun se regarder dans le miroir profondément et trouver des solutions », a indiqué Mathieu Darche. « Il faut que tout le monde fasse partie de la solution. Si tu ne fais pas partie de la solution, tu fais partie du problème. Il n’y a rien qui fonctionne dans notre jeu. Heureusement que Carey est là pour faire les arrêts et nous garder proche. »

Mais l’heure n’est plus aux grands discours. L’heure est aux actes, selon Josh Gorges, qui a encore vu sa part d’action contre les Jets en étant le joueur le plus utilisé chez les Canadiens.

« Il n’y a plus rien à dire après ce soir », a exprimé Gorges, qui cachait difficilement son désarroi. « Le temps pour parler est terminé depuis longtemps. C’est maintenant le temps de faire quelque chose. Parler n’est plus suffisant. »

Campé au 12e rang dans la Conférence de l’Est, à quatre points de la huitième place donnant accès aux séries, le Tricolore renouera avec l’action que le 27 décembre prochain alors qu’il amorcera un autre voyage de trois rencontres sur les glaces adverses en rendant visite aux Sénateurs à Ottawa. Une pause qui pourrait s’annoncer salutaire, ou du moins qui permettra une certaine introspection.

« Ce ne sera pas agréable de s’asseoir sur cette séquence pendant ces quelques jours », a conclu Gorges. « C’est frustrant parce que ce sont des points que nous ne pourrons pas reprendre. Nous en avions besoin. Nous allons devoir profiter de cette pause, s’éloigner du hockey, s’éloigner de la frustration et revenir après cette pause avec un nouveau souffle, un sentiment de renouveau et jouer comme s’il s’agissait d’une toute nouvelle saison. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Le jeu des chiffres - 22 décembre 2011
Rallumer la flamme

L'effet boule de neige
Le Tricolore s'entend avec Michaël Bournival