Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Ne jamais abandonner

mardi, 20.12.2011 / 2 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Ne jamais abandonner

BOSTON – Lorsque Randy Cunneyworth chaussait les patins dans la LNH, le mot « abandon » ne faisait pas partie de son dictionnaire.

Et après avoir fait le saut derrière le banc d’une équipe du circuit Bettman, ce mot n’en fait toujours pas partie. Malgré que son club tirait de l’arrière 2 à 1 après 40 minutes de jeu contre l’une des meilleures formations de la LNH, sinon la meilleure depuis la fin octobre, le nouvel entraîneur-chef des Canadiens a vu ses joueurs lutter jusqu’à la toute fin; Erik Cole réduisant l’écart à un seul but avec 74 secondes à faire à la rencontre.

Même si le temps a manqué, le Tricolore s’inclinant finalement 3 à 2 contre les Bruins, Cunneyworth a remarqué que ses joueurs n’avaient pas lancé la serviette, même si la troisième période a parfois été fatidique cette saison pour les Montréalais.

« Nous devons regarder la poussée à la fin comme un élément positif », a lancé Cunneyworth, d’entrée de jeu. « Nous n’avons pas abandonné. Nous les avons mis en danger tard dans la rencontre, même avec un but de retard. Cela démontre le caractère de cette équipe. Nous avons commis des erreurs en raison de notre caractère en temps inopportun. Toutefois, je crois que c’est un pas dans la bonne direction. »

Et chaque geste compte. Chaque présence compte. Chaque petit détail compte. Aucun relâchement n’est permis dans une ligue où la parité n’est plus à démontrer.

« À chaque présence sur la glace, tu dois mettre ton casque de travail et être prêt à compétitionner », a poursuivi Cunneyworth. « Ce soir, nous étions prêts à compétitionner pour une bonne partie de la rencontre. Ce sont les quelques moments où nous ne l’étions pas qui nous ont coûtés cher. »

Toutefois, les quelques erreurs commises au cours de la rencontre, contre une formation aussi redoutable que celle des Bruins, vont vous brûler. Tandis que les Canadiens étaient sortis en lions en troisième période, dominant les locaux notamment 9 à 1 dans la colonne des tirs à un certain point, le but de Brad Marchand, avec un peu plus de cinq minutes à faire au match, a cassé l’élan des Montréalais qui multipliaient les assauts autour du filet de Tim Thomas jusque-là.

« C’est l’histoire de notre saison », a expliqué Mathieu Darche, qui a franchi le cap des 14 minutes d’utilisation pour un troisième match de suite et pour la cinquième fois de la saison. « Dernièrement, nous avons eu de bons moments, puis soudainement, il y a un « breakdown » qui nous fait mal. Les solutions sont dans cette chambre et nulle part ailleurs. Les solutions sont ici. C’est à nous de les trouver. »

Quelques casiers plus loin, le meilleur pointeur des Canadiens cette saison, Tomas Plekanec, avait une première piste.

« Nous devons trouver une façon de jouer 60 minutes », a lancé Plekanec, auteur de son septième but de la campagne. « Nous faisons beaucoup de bonnes choses, mais nous devons trouver une façon de les exécuter avec constance. Les parties sont serrées. Il y a beaucoup de parties qui se décident par un but. Lorsque nous réussirons à faire toutes ces bonnes choses pendant 60 minutes, nous allons obtenir le résultat désiré. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
Le jeu des chiffres - 19 décembre 2011
Commentaires de Geoff Molson suite au changement d'entraîneur-chef du Club de hockey Canadien

Dans le calepin - 19 décembre 2011
Toujours pas assez