Dans le calepin – 14 déc. 2011

mercredi, 14.12.2011 / 13 h 34 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

BROSSARD – Dans le calepin aujourd’hui: Gill le marqueur, la deuxième chance d’Eller et Subban se souvient de la pression au Championnat mondial de hockey junior.

Faites ce que je dis: Même si c’était dans un filet désert, le but marqué par Hal Gill dans la rencontre de mardi soir contre les Islanders porte à 36 le nombre de fois où il a fait partir les sirènes dans les arénas de la LNH au cours de sa carrière de 14 saisons dans la LNH.

«Je ne suis pas reconnu pour être un marqueur », a évidemment tenu à rappeler Gill. «Ce n’était probablement pas le jeu le plus brillant; je voulais juste envoyer la rondelle en zone neutre. Si tu commets un dégagement refusé dans cette situation, c’est un très mauvais jeu. J’ai été chanceux de toucher le filet, mais je crois que je m’en serais voulu si je l’avais raté. »

Malgré ses 1020 matchs d’expérience dans le circuit Bettman, le vétéran défenseur a eu une pensée coupable lorsqu’il a vu la rondelle quitter son bâton et se diriger à l’autre bout.

«La première chose que je me suis dit c’est “Gorges va me tuer”, parce que c’est un péché au hockey – tu ne fais jamais un dégagement refusé lorsque le gardien n’est pas dans son filet», a lancé Gill, sourire en coin. «Ensuite, je me suis dit “Maintenant P.K. va croire que c’est correct d’envoyer la rondelle dans le fond comme ça.”»

Tous les regards fixés: Ayant remporté l’or aux Championnats du monde junior en 2008 et en 2009, le défenseur P.K. Subban sait parfaitement bien dans quel état d’esprit se retrouvent les trois espoirs des Canadiens, Nathan Beaulieu, Michaël Bournival et Brendan Gallagher, qui ont tous obtenu leurs laissez-passer pour Équipe Canada Junior mercredi matin.

«À ma deuxième présence, lorsque j’étais un peu plus dans l’action, j’ai senti la pression », a expliqué Subban en parlant de sa propre expérience. «Durant un arrêt de jeu, je me tenais à côté du banc et j’entendais la foule. Tu sais qu’il y a beaucoup plus que 22 000 personnes dans l’aréna et qu’il y a des millions de personnes qui regardent. Tu sens la pression. Je dirais que la pression est plus élevée que pour un match de la LNH. C’est un pays, pas seulement une ville. De faire partie de cette expérience, c’est spécial. J’espère qu’ils vont gagner, parce que ça rend le tout encore meilleur.»

À un poil près: Malgré la victoire, Lars Eller aurait bien aimé revoir quelques séquences de jeu de la rencontre de mardi soir contre les Islanders. Le numéro 81 du Tricolore a notamment déculotté Mark Streit et Dylan Reese, avant de servir toute une feinte au gardien Al Montoya. La seule chose qui manquait, c’est le but qui aurait dû suivre.

«J’ai revu ma feinte à la télé ce matin alors que nous déjeunions… je me suis senti mal », a mentionné Eller, qui aurait bien aimé se retrouver dans les jeux de la semaine. «Ça aurait vraiment été extraordinaire de marquer un but comme ça. Mais je vais avoir d’autres occasions.»

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Trois espoirs des Canadiens retenus par Équipe Canada Junior
Le Tricolore rappelle Michael Blunden
Quand tout le monde s’y met