La défensive contre-attaque

jeudi, 08.12.2011 / 22 h 32 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


La d\u00E9fensive contre-attaque

MONTRÉAL – La défensive des Canadiens adore bloquer des tirs. Elle ne déteste pas ajouter son grain de sel en attaque à l’occasion.

Alors qu’ils étaient davantage occupés à bloquer des tirs devant Carey Price qu’à remplir les filets adverses à 200 pieds du leur depuis le début de la saison, les défenseurs du Tricolore sont passés en mode « Attaque » jeudi contre les finalistes de la coupe Stanley.

Occupant le premier rang du circuit avec 491 tirs bloqués en 2011-2012, la brigade défensive montréalaise n’avait pas fait scintiller la lumière rouge à profusion depuis le début du calendrier régulier : que six buts à sa fiche, dont trois venant du bâton de Yannick Weber qui n’était pas de l’alignement contre les Canucks.

Seules les brigades des Islanders de New York, du Wild du Minnesota et des Devils du New Jersey ne sont pas parvenues à déjouer les gardiens adverses plus souvent avec seulement cinq buts. À l’autre bout du spectrum, les Red Wings de Detroit tiennent le haut du pavé avec 21 buts inscrits par leurs défenseurs, incluant six chacun par Nicklas Lidstrom et Niklas Kronwall.

Mais les défenseurs recrues des Canadiens ont tenté de remédier à la situation dès la première période. Tour à tour, Frédéric St-Denis et Raphael Diaz ont profité de la pression exercée par les attaquants devant le filet adverse pour donner une avance de 2 à 0 aux Montréalais.

« Nous avons simplement mis la rondelle au filet. Nous avons mis du trafic devant le filet adverse », a expliqué le défenseur de 25 ans qui disputait son huitième match dans la LNH. « C’est la façon de faire contre un gardien comme [Roberto] Luongo. C’est plaisant de contribuer offensivement ».

Tandis que Diaz soulevait les bras pour la deuxième fois de sa carrière après avoir touché le fond du filet, St-Denis le faisait pour la toute première fois, un moment qu’il n’oubliera pas de sitôt.

« C’était simplement un tir du poignet. J’ai lancé la rondelle au filet et nous avions beaucoup de trafic devant le filet, mais je pensais que Gio [Brian Gionta] l’avait redirigé. », a expliqué St-Denis, qui racontera probablement ce moment, comme un vieux disque, à ses futurs enfants et petits-enfants. « Ils m’ont accordé le but en fin de compte. Il va falloir que je voie la reprise, mais j’étais vraiment heureux d’avoir marqué. »

Malheureusement, son souvenir sera entaché alors que le Tricolore a vu les Canucks revenir de l’arrière pour l’emporter.

« Carey [Price] nous a encore gardés dans le match », de conclure St-Denis. « C’est difficile de gagner dans cette ligue et nous devons nous assurer de faire mieux sur les unités spéciales. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.

À VOIR AUSSI:
Sommaire
Faits saillants
Dans le calepin – 8 déc. 2011
Le rouleau compresseur russe

Un point signé Gionta