Le rouleau compresseur russe

mercredi, 07.12.2011 / 13 h 28 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

BROSSARD – Il ne parle peut-être que quelques mots d’anglais, mais Alexei Emelin a trouvé une autre façon de s’exprimer.

Alexei Emelin s'établit comme véritable rouleau compresseur dans la LNH, grâce à des mises en échec comme celle-ci sur Joe Pavelski.

Ayant établi une performance record de sept mises en échec contre les Hurricanes de la Caroline le 16 novembre dernier, Alexei Emelin a repoussé ses propres limites en frappant tout ce qui bouge mardi soir contre les Blue Jackets. Le défenseur russe a décerné pas moins de neuf mises en échec, soit près de la moitié de la récolte totale des Canadiens. Et la plupart d’entre elles n’étaient pas que de simples mises en échec, mais plutôt des contacts dont l’adversaire gardera le souvenir bien longtemps.

«J’adore ça, vraiment », a lancé P.K. Subban, lui-même reconnu pour ses bons coups d’épaule. «J’essaie de lui enseigner à sourire après avoir frappé quelqu’un. Les joueurs partout dans la ligue vont commencer à le détester.»

D’ailleurs, le nom de Emelin commence à trôner dans les palmarès de la LNH pour les mises en échec. Ses 75 mises en échec le placent au premier rang des recrues, ainsi qu’au quatrième rang chez les défenseurs, et ce, en seulement vingt matchs disputés.

«J’apprécie vraiment son jeu, il est bon et ajoute une dimension à notre équipe », a renchéri Subban. «De toute façon, c’est juste plaisant de le voir planter des gars sur la glace. Tu entends toujours que c’est un joueur physique, mais de le voir en action comme ça, c’est incroyable. »

Et tous ceux qui comme P.K. Subban aiment voir Emelin en action sont plutôt bien servis depuis quelques matchs. Après avoir joué en moyenne autour d’une quinzaine de minutes en octobre et en novembre, le défenseur a vu son temps de jeu grimper à une moyenne de 20 min. 58 sec. depuis le début de décembre.

Ayant un siège plutôt bien placé pour assister au spectacle, Carey Price est bien heureux de ce qu’il voie de son défenseur jusqu’ici.

«Si vous avez la tête baissée quand vous êtes sur la glace, il va probablement vous le faire payer. Il frappe très bien en milieu de patinoire et s’il décide de frapper quelqu’un, il va généralement réussir à le toucher assez solidement » a laissé savoir le gardien, qui essaie d’avoir une relation privilégiée avec ses défenseurs.

«Personnellement, je fais de mon mieux pour qu’il se sente à l’aise et j’essaie de lui rendre la vie la plus facile possible, pour qu’il puisse bien jouer», a avoué Price.

Et les efforts d’intégration de Price et des autres joueurs ont l’air de bien fonctionner, à voir la prestation de Emelin sur la glace. Maintenant, il ne reste plus qu’à espérer que les adversaires, eux aussi, sachent à quoi s’attendre. Sinon, ils pourraient bien rencontrer sur leur chemin un rouleau compresseur russe.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

À VOIR AUSSI:
Un point signé Gionta
Faits saillants
Réalignement et nouveauté
Changement radical des divisions

Andrei Markov subit avec succès une arthroscopie à un genou