Se faire couper le sifflet

samedi, 26.11.2011 / 23 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Se faire couper le sifflet

MONTRÉAL – Il y a des défaites qui sont plus difficiles à avaler. Lorsque vous vous battez durant tout le match et que vous vous inclinez en prolongation sur une décision discutable, rien n’est plus frustrant.

Tel est le cas pour les joueurs des Canadiens samedi soir, qui semblaient filer vers la victoire mais qui se sont en bout de ligne, inclinés 4 à 3 en prolongation contre les Penguins de Pittsburgh.

Carey Price a été époustouflant devant le filet du Tricolore pendant tout la partie, ne cédant qu’à trois reprises sur 39 lancers après les trois périodes réglementaires. Mais en prolongation, alors qu’il avait réussi à stopper une autre poussée de l’équipe adverse en neutralisant la rondelle, les arbitres ont laissé le jeu se poursuivre alors que tous croyaient le disque neutralisé. Ce qui devait arriver, arriva, et les Penguins ont enfilé le but de la victoire.

« J’avais la rondelle complètement neutralisée. Les arbitres n’ont pas arrêté le jeu, leurs joueurs ont donc continué à frapper sur la rondelle avant de la pousser dans mon but », explique Price qui fulminait encore après la rencontre. « C’est très difficile de perdre un match de cette façon. Nous avons travaillé avec acharnement pendant plus de 60 minutes et on perd comme ça, c’est très frustrant. »

Menés par le travail du trio de David Desharnais, Erik Cole et Max Pacioretty qui ont récolté cinq points dans le match, les Canadiens s’étaient forgés une avance de deux buts au cours du deuxième vingt. Bien qu’il n’ait jamais vraiment levé le pied de l’accélérateur, le Tricolore a vu son adversaire niveler la marque en fin de troisième période.

« Ils sont une excellente équipe », admet Price qui a blanchi les Penguins à quatre occasions alors que son club était en infériorité numérique. « Si vous vous assoyez sur vos lauriers face à eux, ils trouveront une faille et vont l’exploiter. »

Après avoir vu son équipe jouer de manière peu convaincante vendredi à Philadelphie, l’entraîneur-chef Jacques Martin a vu ses hommes se relever de belle façon face à une opposition de taille samedi soir. Malgré le résultat final, le pilote du Tricolore sympathise avec ses joueurs

« C’est clair que le but n’aurait pas dû être accordé. Tout le monde l’a vu. Je suis extrêmement désappointé pour mes joueurs », mentionne Martin suite au dernier match à domicile de son équipe au cours des dix prochains jours.

« Ils viennent de jouer une neuvième partie en 15 jours contre une des meilleures équipes de la LNH qui n’a aucun joueur blessé. Ils ont vraiment compétitionné. C’est malheureux que ça finisse comme ça. »

Bien qu’Andrei Kostitsyn ait effectué un retour au jeu samedi, le bleu-blanc-rouge était encore privé de quelques éléments important au sein de sa formation. Affrontant la meilleure équipe dans l’Association de l’Est, le Tricolore soutire malgré quelques éléments positifs malgré le résultat final.

« C’est décevant de perdre comme ça. Ils ont une excellente équipe qui possède beaucoup de talent et d’armes à l’offensive », raconte avec philosophie Hal Gill. « Je crois que certains de nos joueurs ont effectué de l’excellent travail face à leurs joueurs talentueux et Carey a été incroyable pour nous. C’est décevant que le match ne se soit pas terminé en notre faveur. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI :
Le jeu des chiffres - 26 novembre 2011
L’homme en plus 

Désavantage? Quel désavantage?