Les héros du mercredi

mercredi, 23.11.2011 / 23 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com


RALEIGH – Lorsqu’un match est poussé à l’extrême limite, il y a toujours du positif à en retirer. Surtout lorsque le résultat rapporte deux points.

Après avoir été blanchis contre les Bruins lundi dernier, le mandat était clair pour les Canadiens ; marquer un premier but. Et ce but, il est venu du bâton de Lars Eller, qui a trouvé le fond du filet pour la deuxième fois de la saison, et ce, à un moment plutôt opportun.

«Nous avons connu un mauvais départ. Nous savions que si nous pouvions en marquer un, nous aurions un seul but de différence et ce serait un peu plus serré», a lancé le jeune Danois à propos de la marque de 2 à 0 qui régnait lorsqu’il a fait scintiller la lumière rouge. «J’ai vu que Raphael allait tirer alors j’ai foncé au filet. Parfois tu réussis à toucher à la rondelle et à la mettre dans le filet. Parfois, ça ne marche pas. Ce soir, elle était sur mon bâton alors… »

Lars Eller avec Carey Price

Utilisé pour une rare fois en désavantage numérique, Eller a non seulement livré la marchandise défensivement, mais offensivement également, marquant en désavantage numérique pour porter la marque à 2 à 1. Et le jeune attaquant a simplement expliqué les raisons des succès de l’infériorité du Tricolore, qui est au premier rang de la Ligue sur la route, avec un taux d’efficacité de 95,9%.

«On fait vraiment un bon travail. Tout le monde est très agressif. C’est probablement parmi nos plus grandes forces en ce moment », a mentionné Eller au sujet du désavantage numérique du Tricolore, qui a été parfait au cours des neuf dernières rencontres. «Et bien sûr, Carey est dans le filet. C’est notre meilleur atout en désavantage numérique.»

Non seulement, le cerbère du Tricolore a-t-il été parfait à court d’un homme dans la rencontre, mais il a également permis à la troupe de Jacques Martin d’inscrire un précieux point supplémentaire au classement, grâce à sa tenue en tirs de barrage.

«Nous avons travaillé sur quelques petites choses et surtout travaillé sur le synchronisme », a expliqué Price, qui a beaucoup travaillé ces aspects avec l’entraîneur des gardiens Pierre Groulx, après avoir connu quelques ratés en tirs de barrage plus tôt dans la saison.

«Je crois qu’il y a quelques semaines, quelques-uns de ces buts seraient rentrés. J’ai fait quelques petits ajustements, mais on dirait que ça fait toute la différence», a renchéri le gardien de 24 ans qui a stoppé les trois tireurs de la Caroline, avant de voir son capitaine Brian Gionta inscrire le but de la victoire.

Un autre qui a certainement obtenu quelques morceaux de robot en Caroline est Travis Moen. Le robuste attaquant a créé l’égalité en troisième période, grâce à son septième but de la saison, et son 100e point en carrière.

«J’ai foncé au filet. Weber allait tirer. C’est juste le genre de tir où tu es chanceux, que ça frappe ton bâton et que ça rentre. Mais je vais le prendre », a annoncé Moen, qui marquait du même coup, son 50e but en carrière. «Cinquante, ce n’est pas mauvais. Au final, pourvu que l’équipe l’emporte et que je peux aider autant offensivement que défensivement, ça va faire mon bonheur.»

S’il veut maintenant s’attaquer aux cinquante prochains, il pourra le faire dès vendredi, alors que le Tricolore affronte les Flyers, à Philadelphie.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
Faits saillants
Sommaire
Carnet de route: Raleigh
Les Bulldogs de Hamilton de retour au Centre Bell le 24 février 2012