Transition réussie

vendredi, 28.10.2011 / 13 h 29 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Transition r\u00E9ussie

BROSSARD – Lorsqu’il s’est amené à Montréal au cours de l’été 2011, Erik Cole savait qu’une période de transition allait l’accompagner. C’est maintenant chose du passé.

«Vous savez, s’il était allé avec une autre équipe que les Canadiens, il aurait commencé la saison de façon plus relaxe. Les médias mettent beaucoup de pression sur un joueur dans sa situation et il se met également de la pression lui-même», a lancé le vétéran Jaroslav Spacek, sourire en coin, lançant la balle du même coup à Cole, de l’autre côté du vestiaire.

Erik Cole forme maintenant un trio avec David Desharnais et Michael Cammalleri.

«Spacio a dit ça? Quel bon gars», a rigolé Cole. «Sérieusement, je n’ai pas senti que personne n’est allé trop fort à mon sujet. J’essaie de faire de mon mieux. Je savais qu’il allait y avoir une certaine période de transition.»

Cole affiche des statistiques plutôt intéressantes depuis les trois derniers matchs, dominant notamment les joueurs des deux équipes à chaque occasion en envoyant un impressionnant six tirs au but par match.

«Chaque match, je me sens de plus en plus à l’aise et j’espère pouvoir bâtir là-dessus et que nous pouvons tous en faire de même en tant que groupe. », d'indiquer Cole.

Depuis qu’il évolue en compagnie de David Desharnais, soit depuis la rencontre de samedi dernier contre les Maple Leafs, le nouveau numéro 72 des Canadiens a obtenu une récolte de deux buts et une passe, alors que Desharnais de son côté, présente trois passes de plus au compteur.

«Ça va bien. Je pense qu’il y a eu pas mal de critiques envers lui depuis qu’il est arrivé », a lancé d’entrée de jeu Desharnais. «Mais ça prend du temps quand tu arrives dans une nouvelle équipe, une nouvelle organisation, des nouveaux joueurs. Son jeu commence à se placer et c’est bien de jouer avec lui. »

«Il était un peu plus hésitant les premiers matchs, mais maintenant, il utilise sa vitesse à fond. Il est extrêmement rapide, il coupe vers le filet et ça lui est profitable», a renchéri le joueur de centre à propos du solide gaillard qu’est Cole, du haut de ses 6-pieds-2 et de ses 205 livres.

Pour l’entraîneur du Tricolore, le Erik Cole qu’il a pu admirer sur la glace au cours des dernières parties ressemble beaucoup à ce qu’il avait en tête lorsque le directeur général Pierre Gauthier l’a téléphoné pour lui annoncer sa nouvelle acquisition.

«Des fois, il y a une certaine période d’adaptation dans ton jeu, dans ta façon de travailler. Dernièrement, on semble revoir en Erik Cole le genre de joueur qu’on voyait pour nous ; un gros bonhomme qui peut foncer au filet, qui peut transporter la rondelle, gagner ses batailles et finir ses mises en échec», a expliqué Jacques Martin.

Avec deux victoires en 24 heures contre les Flyers et les Bruins, le Tricolore ne peut se permettre de regarder en arrière.

«La clé est de continuer à gagner. On ne peut pas seulement gagner quelques matchs et devenir complaisants », a averti Cole, qui se concentre, tout comme le reste de la formation sur la rencontre de samedi prochain contre les Bruins au Centre Bell.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Après-match: Erik Cole
Le Tricolore signe un 2e gain consécutif
La bonne recette
Contre toute attente