Dans le calepin - le 22 octobre 2011

samedi, 22.10.2011 / 12 h 39 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Dans le calepin - le 22 octobre 2011

MONTRÉAL – Aujourd’hui dans le calepin : Jacques Martin confiant face aux Leafs, Eller est conscient des attentes du public et Cammalleri prend la défense de son entraîneur.

Ce que le docteur a prescrit : Pour la première fois de la saison, les Maple Leafs seront de passage au Centre Bell pour y affronter les Canadiens. Ces matchs du samedi soir entre ces deux formations font habituellement ressortir le meilleur des joueurs. Bien que son équipe connaisse actuellement des moments difficiles, Jacques Martin s’attend à une bonne performance de son club.

« Il y a toujours beaucoup d’émotion lorsque nous rencontrons les Leafs. C’est une rivalité qui remonte à longtemps », mentionne l’entraîneur-chef du Tricolore. « C’est une équipe qui connait un bon début de saison. Il faudra surveiller Kessel et Lupul qui se sont démarqués jusqu’à présent. Nous devrons bien travailler à forces égales et la bataille des unités spéciales sera très importante.

« Ce n’est pas nécessairement plus facile d’avoir un niveau d’émotion plus élevé contre les Leafs que contre d’autres équipes. Si l’on regarde la façon que nous nous sommes comportés contre Buffalo à domicile, nous avions un bon niveau d’émotion et de passion. Nous avions bien joué ce match là et nous devrons jouer avec le même type d’engagement ce soir. »

Ici, c’est comme ailleurs : C’est bien connu que le public montréalais est exigeant et qu’il s’attend à ce que son équipe remporte tous les matchs. Bien qu’ils sachent que c’est impossible, les joueurs des Canadiens sont conscients des critiques lancées à leur endroit. 

« Peu importe l’équipe pour laquelle tu joues, si tu es dans la position que nous sommes actuellement, tu ne peux pas être heureux », admet avec sincérité Lars Eller. « Que tu évolues à Montréal ou en Floride, tu veux remporter la victoire à chaque soir.

« Nous savons que nos partisans veulent que nous remportions des matchs à tout prix et lorsque nous échouons, ils commencent à se poser des questions. Plus que quiconque, nous voulons remporter davantage de parties et nous faisons tout en notre possible pour y arriver. »

Un pour tous et tous pour un : Lorsque vous affichez qu’une seule victoire en sept sorties, la machine à spéculations ne prend habituellement pas trop de temps pour se mettre en marche. C’est pour cette raison que Michael Cammalleri a tenu à venir à la défense de son entraîneur, lui qui est la cible de plusieurs par les temps qui courent.

« Nous savons que les performances de l’équipes tiennent à cœur de plusieurs personnes. Mais blâmer uniquement Jacques pour expliquer que nous ne gagnons pas, c’est injuste » explique Cammalleri, qui est revenu au jeu jeudi contre Pittsburgh. « La responsabilité des victoires et des défaites doit être partagée entre les entraîneurs et les joueurs. C’est un bien trop gros fardeau pour une seule personne.

« S’il y a une chose qui distingue des marchés comme ceux des deux équipes qui s’affrontent ce soir, c’est que tout change très vite. Tu remportes quelques victoires d’affilées, tous les points négatifs deviennent soudainement des points positifs rapidement. »

Originaire de Richmond Hill, en Ontario, le match de ce soir aura une petite touche spéciale pour Cammalleri. Il aura en effet l’occasion de jouer sa 500e partie dans la LNH face à l’équipe qui dispute ses matchs à quelques minutes du domicile familial, près de Toronto.

« Je me sens privilégié d’avoir pu jouer autant de matchs. J’ai subi quelques blessures dans ma carrière et j’aurais préféré atteindre ce plateau plus rapidement. J’espère que je pourrai en jouer 500 autres. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com

À VOIR AUSSI :

Face à face : Canadiens-Maple Leafs

Regarder en avant

Sentiment d’urgence