Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Comme dans la ruelle

samedi, 24.09.2011 / 12 h 40 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Comme dans la ruelle
MONTRÉAL – Le rêve d’enfance de deux jeunes hommes va se réaliser ce samedi.

N’ayant participé à aucun match préparatoire jusqu’ici, Philippe Lefebvre et Olivier Archambault connaîtront tous deux leur baptême de la glace.

«J’ai appris la nouvelle vendredi soir. Depuis ce temps-là, j’essaie de garder mon calme, même si c’est majeur pour moi, pour pouvoir performer du mieux que je peux», a expliqué Philippe Lefebvre après l’entraînement matinal, où il évoluait en compagnie de Ian Schultz et de Dany Massé.

«J’ai dit à tout le monde qu’aujourd’hui, je ne m’occupais pas de rien à part de ma concentration. Je ne sais pas qui a réussi à se trouver des billets ou pas», a mentionné le jeune homme de Trois-Rivières, assurant toutefois que ses parents seraient dans les gradins. «Je suis content qu’ils puissent me voir jouer ici. Je sais que c’est une fierté pour eux et moi, ça me rend fier aussi de pouvoir jouer devant eux. »

Quelques casiers plus loin, Olivier Archambault se préparait également pour sa première apparition sur la glace du Centre Bell.

«Ça va être une belle expérience pour moi. C’était mon objectif en arrivant ici et maintenant je l’atteins. Je veux montrer ce dont je suis capable », a assuré Archambault, qui pour sa part évoluait en compagnie de DeSimone et Moen à l’entraînement.

Le jeune homme de Le Gardeur sait très bien que l’expérience de patiner au Centre Bell devant 21 273 spectateurs n’est pas donnée à tout le monde et il compte bien en profiter.

«Je ne pense pas que je vais penser à autre chose qu’à jouer au hockey à ma première présence. Il n’y a pas grand monde qui ont cette chance-là alors je vais essayer d’en profiter au max» a renchéri le jeune homme de 18 ans.

Comptant parmi les huit vétérans qui seront de la rencontre de samedi, Josh Gorges aime bien son rôle de «grand frère».

«Pour nous, c’est bien de voir le genre d’excitation qui les anime. Ça devient contagieux de voir à quel point ils ont de l’énergie, de la fougue. Ça te montre à quel point ce sport est amusant », a souligné Gorges. «Tu leur souhaites juste de ne pas être trop nerveux, d’y aller et de jouer à leur meilleur. Ça, c’est notre partie du travail, de les calmer et d’essayer qu’ils fassent de leur mieux.»

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
Face à face: Canadiens - Sénateurs
Prêt à tout
La deuxième rentrée