Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Sans pression

dimanche, 05.06.2011 / 8 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Sans pression
MONTRÉAL – Le poids du «C» n’a pas semblé ralentir Brian Gionta cette saison.

D’être nommé capitaine d’une formation de la LNH apporte peut-être son lot de responsabilités, mais quand tes prédécesseurs se nomment Béliveau, Richard et Gainey, il y une pression supplémentaire. Lorsque Gionta est devenu le 28e capitaine de l’histoire des Canadiens en septembre, il a fait fi de cette pression pour obtenir sa deuxième meilleure saison en carrière au chapitre des buts.

«C’est un honneur de porter le "C". Tu ne sais jamais combien de temps ça va durer alors tu dois pouvoir l’apprécier et faire du mieux que tu peux. Je veux être compétitif chaque soir et prêcher par l’exemple », a expliqué Gionta au sujet de sa saison de 29 buts. «Nous avons eu un bon groupe de joueurs ici cette année et d’en faire partie, c’est spécial. Ce n’est pas l’histoire que d’un seul joueur; tout le monde joue pour le gars à côté de soi et ça fait une grosse différence.»

Bien que l’attaquant de 32 ans ait eu une de ses meilleures saisons en carrière en 2010-2011, Gionta ne mesure par seulement son succès en buts et en passes.

«Tu n’es jamais satisfait tant que tu n’as pas gagné. Il y a toujours des choses à améliorer et c’est pour ça qu’il faut s’attarder sur le processus », a décrit celui qui a gravé son nom sur la coupe Stanley en 2003. «Cette saison s’est terminée trop tôt, mais avec la façon dont nous avons bataillé et la maturité qu’ont démontrée les jeunes, ça démontre qu’il y a du positif dans le futur pour nous. »

«Nous avons beaucoup de jeunes gars dans l’équipe et c’était bien pour eux de pouvoir vivre les séries pour une première fois », a poursuivi Gionta, après avoir aidé trois recrues des Canadiens à faire leurs débuts en séries ce printemps. «Ça a été une bonne série au niveau de l’intensité et c’était une bonne façon d’apprendre de quelle façon le hockey des séries se doit d’être joué. C’est bien pour comprendre l’importance des petites choses quand les séries commencent. »

Arrivé à Montréal à l’été 2009, Gionta sait très bien quels genres de changements peuvent se produire au cours de la saison morte. Au lieu de se pencher sur le cas des 18 agents libres avec ou sans restriction avec lesquels Pierre Gauthier devra s’entendre, le capitaine des Canadiens préfère se concentrer sur ceux qui seront de retour avec certitude l’an prochain.

«Je crois que le noyau est solide. Nous avons des gars dans ce vestiaire qui bâtissent les assises d’une grande équipe et beaucoup de morceaux sont en place », a-t-il souligné. Avec les joueurs que nous avons, je crois que nous avons de bonnes chances. Mais il y aura des changements chaque année – c’est ce qui se passe dans ce milieu. »

«C’est pourquoi on choisit un endroit comme ici, parce qu’on sait que l’organisation s’en va dans la bonne direction et que l’objectif principal est de gagner », a ajouté Gionta. «Durant la saison morte, il faut se pencher sur ce qu’on peut mieux faire l’an prochain, puis foncer au gymnase et travailler aussi dur que possible pour être certain d’être prêt en septembre. »

Bien dit capitaine. 

Shauna Denis écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.


VOIR AUSSI
Jean Béliveau subira une intervention chirurgicale
Gorges en préparation
Sans tambour ni trompette
La force de l’âge