Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Mr. 1300

mercredi, 16.03.2011 / 13 h 53 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Mr. 1300
MONTRÉAL – Toute équipe se doit d’avoir un pilier, une fondation sur laquelle elle peut s’appuyer. Dans le cas des Canadiens, c’est Roman Hamrlik qui remplit ce rôle à merveille.

À l’aube de son 1300e match en carrière, le défenseur tchèque ayant le plus d’expérience dans la LNH  a fait un petit bilan de sa carrière.

Commentaires de Hamrlik
«J’ai pu jouer avec beaucoup de grands joueurs que je respecte beaucoup et qui ont influencé mon jeu. Quand je jouais à Edmonton, c’était Kevin Lowe ; avec les Islanders, j’ai appris de l’entraîneur Peter Laviolette ; à Calgary, c’était des gars comme Dion Phaneuf ou Jarome Iginla. À Montréal, ça a été Alex Kovalev, Saku Koivu et aussi l’entraîneur Guy Carbonneau», a mentionné Hamrlik qui a été repêché au tout premier rang par le Lightning, en 1992.

C’est lorsqu’il s’est joint aux Canadiens il y a de cela quatre saisons que Hamrlik, de ses propres dires, est devenu un vrai vétéran.

«Quand j’ai signé mon contrat avec les Canadiens et que je suis venu jouer ici, je me suis rendu compte que j’avais assez d’expérience et que j’étais devenu un vétéran, alors que les gars ont commencé à venir me voir pour de l’aide et des conseils», a expliqué celui qui a pris sous son aile des joueurs comme P.K Subban ou Yannick Weber.

Même si son contrat arrive à échéance à la fin de la présente saison, pour l’instant il n’est nullement question de retraite pour le défenseur.

« C’est toujours aussi spécial de pouvoir jouer pour les Canadiens, en face de 21 000 partisans dans une ville qui vit et qui meurt par le hockey. J’aime cette ville, je suis confortable ici. C’est trop tôt pour parler du futur, mais après quatre ans, c’est devenu ma deuxième maison.»

Même à 36 ans, Hamrlik arrive encore à suivre les plus jeunes sur la glace, présentant cette saison un différentiel de +-5 et disputant en moyenne plus de 17 minutes.

«Je fais de mon mieux pour être efficace, tout en restant en santé. J’essaie de ne pas rester trop longtemps sur la glace et quand je suis sur la glace, j’essaie de jouer intelligemment et d’être dans une bonne position et au bon moment», a expliqué Hamrlik, dévoilant ainsi le secret de sa longévité. «Si je marque un but demain, c’est certain que je vais garder la rondelle. Je vais probablement essayer de la garder, de la ramener à la maison et l’encadrer d’une façon ou d’un autre. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
Carey Price, attaquant de puissance
Deuxième édition du radio-téléthon des Canadiens
L’apprenti 
Le Tricolore ne peut freiner les Caps