Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre

Mise à niveau

mercredi, 02.03.2011 / 13 h 44 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
SUNRISE – Les Canadiens savent bien que lorsqu’il est question de remporter des matchs, le chemin est tout aussi important que la destination.
 
Après avoir disposé des Thrashers 3 à 1 à Atlanta, l’entraîneur-chef des Canadiens, Jacques Martin, a cru bon de sortir marqueur et tableau blanc pour quelques ajustements, à Sunrise, en Floride. Le pilote du Tricolore a peut-être été heureux d’ajouter deux points de plus à la fiche de la formation mardi soir, mais il n’a pas été très satisfait de la façon que ces deux points ont été obtenus.
 
Fait saillants Canadiens - Thrashers
« Je crois que nous devons travailler plus fort et augmenter notre niveau de jeu par rapport à hier soir. Nous avons eu un bon entraînement avec de l’intensité aujourd’hui et nous serons prêts pour demain soir », a expliqué Jacques Martin qui a également pris le temps de répondre aux questions de ses vétérans durant la séance. «C’est important que tout le monde soit sur la même page et que tout le monde comprenne la façon que l’on veut jouer. »
 
«Je suis de ceux qui croient que c’est important d’avoir du feedback de la part de ses joueurs », a ajouté l’entraîneur, qui roule sa bosse depuis 15 ans derrière des bancs de la LNH. «Habituellement, il s’agit surtout de joueurs qui ont des questions pour clarifier certaines choses pour être certains qu’ils font ce qu’on attend d’eux, pour que nous puissions être prêts à affronter n’importe quelle situation en cours de rencontre. »
 
Sans surprise, le capitaine des Canadiens est déjà sur la même page que son entraîneur. Mais quel est le message exact qui a été échangé entre les joueurs et les entraîneurs ?
 
«C’est ultra-secret », a blagué Brian Gionta, qui a marqué son 23e de la saison contre les Thrashers. «Non, il s’agissait surtout de travailler sur notre jeu en zone neutre et de discuter comment nous voulons le faire. Nous avons été trop passifs hier. Nous avons reculé un peu trop et quand l’équipe fonce avec de la vitesse, ils peuvent manœuvrer, si on est sur les talons. »
 
Ayant remporté sa première coupe Stanley à Anaheim en 2007, Travis Moen faisait partie des vétérans à discuter haut et fort de stratégie durant l’entraînement. L’ailier sait par expérience que quand une équipe à des nouveaux venus comme Brent Sopel et Paul Mara, la communication est la clé.
 
«C’est crucial que tout le monde soit sur la même page. Nous tentons de régler des problèmes mineurs et nous voulons nous assurer que tous vont dans la même direction », a-t-il expliqué. «Je crois que les entraîneurs aiment avoir du feedback et c’est bon de pouvoir discuter de ces choses ensemble. »
 
Perdre peut parfois apporter d’importantes leçons à une équipe, mais le Tricolore essaie plus d’apprendre de ses victoires.
 
«Et bien, nous avons gagné les deux points hier, mais ce n’était pas joli », a admis Moen. «Carey nous a sauvés à quelques reprises et nous ne pouvons pas jouer comme ça si nous voulons gagner beaucoup de matchs. »
 
«Le message est surtout que nous ne pouvons pas donner beaucoup d’occasions. Price s’est tenu sur sa tête plus que nous l’aurions voulu », a-t-il ajouté. «Chaque point est tellement important alors nous devons jouer comme nous l’avons fait à Vancouver si nous voulons connaître du succès. »
 
Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.


Voir aussi:
Commentaires: Gill, Martin, Moen, Plekanec, Desharnais
Les Canadiens disposent des Thrashers
Et une autre pour Carey