Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre

Seul au monde

jeudi, 24.02.2011 / 23 h 02 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
MONTRÉAL – Le banc des pénalités est un endroit où on se sent bien seul.

Les Canadiens le découvrent à leur façon. Alors que le banc des pénalités chauffé à Calgary au cours du week-end pouvait représenter un endroit douillet pour braver le froid, celui du Centre Bell peut être assez glacial.

Faits saillants Canadiens - Leafs
Les Maple Leafs ont profité de trois des huit visites au cachot du Tricolore pour trouver le fond du filet et ultimement, quitter la métropole avec la victoire en poche.

«Nous prêchons de ne pas écoper de trop de pénalités et soudainement, bang bang, deux buts en avantage numérique pour eux », a rappelé James Wisniewski au sujet de deux des buts marqués par Toronto en première période. «Nous souhaitons rester hors de la boîte et la première chose que l’on sait c’est qu’il faut se défendre à court d’un homme. Nous perdons le focus pour cinq minutes et le mal est fait. Nous avons travaillé quand même fort, mais des fois c’est plus une question de travailler intelligemment plus que de travailler dur.»

D’ailleurs, éviter le cachot est probablement en tête de la liste des points améliorer pour l’entraîneur Jacques Martin ces temps-ci.

«Ça a été un problème pour nous dernièrement et ça affecte le groupe au complet », a admis Michael Cammalleri, qui a marqué son 14e de la saison en deuxième période. «Comme la plupart des équipes, nous jouons à notre meilleur lorsqu’on ne prend pas de pénalités. Jouer à forces égales nous permet de trouver notre rythme et d’être constants. Nous devons vraiment améliorer cet aspect.»

Bien que les Canadiens se retrouvent en milieu de peloton, en ce qui concerne la moyenne du nombre de minutes passées au cachot par rencontre, avec 13,3 minutes, la situation est plus difficile lorsqu’on considère le nombre de pénalités mineures seulement. En 62 rencontres, un arbitre a envoyé à 277 reprises un joueur du Tricolore expier ses péchés pour un «deux minutes» dans la boîte vitrée, ce qui vaut à la formation montréalaise le 29e rang du circuit Bettman, tout juste devant les Penguins, au dernier rang.

Bien qu’au travers de toutes ces pénalités, certaines puissent être discutables, Cammalleri tient à donner du crédit aux arbitres pour leur travail.

«La première pénalité sur Gio était dure, mais je ne suis pas là pour critiquer le travail des arbitres », a mentionné le numéro 13, qui a également obtenu une passe sur le 4e but des siens en fin de troisième. «Ils travaillent dur, leur travail est difficile et ils sont humains. Nous faisons tous des erreurs, je suis certain que vous aussi, vous faites des erreurs tous les jours. Ils peuvent prendre 90 bonnes décisions dans une soirée et une mauvaise, on ne peut pas leur en vouloir, ils font tout un boulot.»

Et ce boulot, la troupe de Jacques Martin espère bien qu’ils n’auront pas la chance de l’exercer trop samedi, alors qu’ils comptent bien éviter le banc des punitions le plus possible, en affrontant les Hurricanes de la Caroline, au Centre Bell.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.



VOIR AUSSI: Commentaires d'après-match: Martin | Cammalleri | Gionta | Price | Wisniewski Sommaire: Canadiens-Maple Leafs
Les Leafs surprennent le Tricolore
Le jeu des chiffres - 24 février 2011 
Le Tricolore obtient Brent Sopel et Nigel Dawes des Thrashers