Dans le calepin - 18 fév. 2011

vendredi, 18.02.2011 / 20 h 08 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
CALGARY -- CALGARY – Dans le calepin aujourd’hui, Jacques Martin replonge en enfance, Pouliot a un objectif en tête et Cammy a la mémoire longue.

L’héritage de Jacques: Ceux qui pensent que la Classique Héritage est seulement une belle expérience pour les joueurs se trompent. Pour l’entraîneur-chef des Canadiens Jacques Martin, la très anticipée rencontre en plein air contre les Flames rappelle de bons souvenirs à l’ancien gardien.

« C’est spécial événement et c’est agréable d’en faire partie. C’est une première pour moi et comme tout le monde, cela me replonge en enfance alors que je jouais au hockey dehors », s’est rappelé Martin, originaire de St. Pascal, Ontario. « J’ai grandi sur une ferme et patiné sur des patinoires gelées. Cela me rappelle également lors que nous pratiquions sur le Canal Rideau avec les Sénateurs et à quel point cela était spécial, malgré que ce n’était qu’un entraînement. Cette journée sera vraiment mémorable pour nos joueurs et j’ai très hâte d’y participer. »

Figé dans le temps : Avec déjà un match en plein air derrière la cravate en raison de son passage à l’Université du Michigan, Michael Cammalleri connaît une chose ou deux sur les matchs extérieurs. Lorsque Cammy se remémore cette bataille contre ses ennemis jurés de Michigan State en 2001 qui s’est conclue par un verdict de 3 à 3, gérer le froid n’est pas ce qu’il lui revient en tête.

« Nous avions été vraiment chanceux. Le mercure oscillait autour de 0. C’était parfait », s’est souvenu Cammalleri  à propos des conditions dans lesquelles la « Cold War » a été disputée devant les 74 544 partisans au Spartan Stadium. « J’ai marqué deux buts, mais ce dont je me souviens le plus est que nous menions 3 à 2 avec une minute à faire au match et mon coéquipier Jed Ortmeyer a perdu la rondelle et les Spartans ont créé l’égalité 3 à 3. Je m’en souviendrai toujours. Je lui donne du fil à retordre à chaque fois que je le revois. »

Pas que la température en tête : Tandis que les prévisions météorologiques prévues dimanche à Calgary changent autant de fois qu’il peut y avoir de minutes dans une heure, la rencontre disputée au McMahon Stadium aura toutefois une constante : deux points au classement seront à l’enjeu comme lors des 1229 autres en saison régulière dans la LNH.

« C’est certain que les deux points sont importants, mais il sera également important d’avoir du plaisir », a expliqué Benoit Pouliot. « Un match en plein air, ça ne va pas arriver à tous les jours, et ce ne sont pas tous les joueurs qui auront la chance d’en disputer un au cours de leur carrière. Il faut en profiter, mais les deux points sont aussi importants comme ils le seront également à Vancouver mardi. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com


À VOIR ÉGALEMENT:
Les blessés de retour?
En direct du Stade McMahon
Échos de vestiaire 18 février
Poussée de croissance 
Un environnement familier