Remonter en selle

vendredi, 21.01.2011 / 23 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Remonter en selle
OTTAWA – Lorsqu’on tombe à cheval, il faut remonter le plus rapidement en selle. Pour Max Pacioretty, l’équivalent était de retourner devant le filet obstruer le gardien adverse.

Mardi soir. Buffalo. Première période. Les Canadiens déploient leur jeu de puissance. Le nouveau venu James Wisniewski décoche un boulet de canon qui touche Pacioretty dans les côtés alors qu’il tente de déranger Ryan Miller. Le numéro 67 quitta alors la patinoire en douleur puis l’aréna en ambulance. Le pire était à craindre.

« Le pire était que je ne savais pas ce qui se passait », a expliqué Pacioretty. « Ils devaient prendre toutes les précautions nécessaires. J’étais définitivement inquiet. Je pensais que ça allait être beaucoup pire que ce l’était en vérité, mais j’ai été chanceux et les soigneurs ont fait de l’excellent travail avec moi. »

Tandis que plusieurs le voyaient absent pendant des semaines, Pacioretty était à son poste vendredi soir aux côtés de Scott Gomez et Brian Gionta contre les Sénateurs.

« Tout le monde dans cette ligue joue blessé à chaque soir, alors il n’y a pas grand-chose à dire là-dessus », a indiqué l’attaquant de 22 ans au terme de la victoire de 7 à 1 des Canadines. « Tu fais ce que tu peux pour aider ton équipe à gagner. »

Qu’importe, ces coéquipiers étaient heureux de le voir dans l’alignement.

« C’était bien de le voir remonter en selle », a expliqué Tomas Plekanec, la première étoile de la rencontre avec deux. « Il faisait du bon travail avant d’être blessé et de recevoir ce lancer mardi soir »,  C’était bien de le voir revenir au jeu et batailler malgré cela et de s’impliquer dans la partie comme il l’a fait ce soir. »

Et il n’a pas tardé à aller se planter devant le gardien des Sénateurs, inscrivant quatrième de la saison en deuxième période, en attaque massive de surcroit.

« J’étais vraiment déçu lorsque mon bâton s’est brisé alors que le filet était désert », a avoué Pacioretty. « Je savais alors que j’en devais une à Gomer après cela.

« J’ai de la protection supplémentaire à cet endroit présentement », a poursuivi Pacioretty. « Aller devant le filet… peut-être que je vais y penser deux fois la prochaine fois, mais c’est mon travail et je vais continuer de le faire. Je sais que de bonnes chances vont arriver si je continue de le faire. »

Et comment la blessure à passer le test?

« Nous prenons les choses une à la fois », a conclu Pacioretty. « Je me sens bien pour le moment, mais ça vient de l’adrénaline du match. Nous allons voir comment je me sens ce soir et samedi matin et nous verrons pour la suite des choses. »

La victoire fait oublier bien des maux.


Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com


À VOIR ÉGALEMENT:
Le jeu des chiffres
Sommaire
Le retour du guerrier
Du renfort de la Suède