Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

À ne pas inviter au même party

samedi, 09.10.2010 / 21 h 30 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


\u00C0 ne pas inviter au m\u00EAme party
PITTSBURGH – Pour certaines rivalités, il faut des années, voire des décennies à créer l’étincelle. Le dernier printemps a changé bien des choses entre les Canadiens et les Penguins.

Il y a à peine un an, les deux formations de la Conférence de l’Est n’étaient rien de plus que deux adversaires dans la LNH. Deux des 30 équipes du circuit. Ce n’est plus le cas. Il serait étonnant que les deux belligérants s’envoient des invitations pour célébrer Noël ensemble.

L’élimination des Penguins par la troupe de Jacques Martin en sept rencontres en mai dernier a véritablement laissé un goût plus qu’amer dans la bouche des hommes de Dan Bylsma. À leur première rencontre depuis la poignée de main au centre de la glace du Mellon Arena le 12 mai, poignée de main signifiant la fin du règne de Sidney Crosby et Cie comme champions de la coupe Stanley, une confrontation Montréal-Pittsburgh ne sera plus jamais la même.

"C'est le résultat d'affronter une équipe en séries", a expliqué Jacques Martin. "C'est de cette façon que l'animosité se crée entre deux équipes. Et c'est ce qu'on a vu ce soir." 

La rivalité est maintenant plus vive que jamais. Les deux équipes ne se font pas faites de quartier tout au long du match qui a été ponctué de 74 mises en échec et une bagarre. Lorsque les joueurs des Penguins n’étaient pas occupés à pourchasser P.K. Subban, ils tentaient de varloper Maxim Lapierre. La foule était également de la partie.

"Je suis assez habitué de me faire huer, ça m'arrivait souvent dans le junior" a admis Subban qui a été la cible favorite des partisans des Penguins samedi soir.

"Ce n'est pas que je l'entends pas, mais je me concentre sur ce que j'ai à faire. Les partisans sont très passionnés ici et ce fut d'être agréable de jouer dans cet édifice."

Si Subban ne fait que commencer à irriter les partisans des équipes adverses, Maxim Lapierre devrait obtenir son doctorat en la matière sous peu.

"Il y a des gars dans la Ligue qui savent presser les bons boutons pour faire sortir leurs adversaires de leur gond. J'ai joué contre Maxim et je le haïssais ", a admis Scott Gomez, l'auteur du but vainqueur. "Lorsque Maxy joue de cette façon, nous sommes une équipe différente. Chaque équipe a un joueur comme ça, le nôtre est simplement un peu meilleur à faire ce boulot.

Si sa chambre était tapissée bleu-blanc-rouge durant sa jeunesse, Sidney Crosby est loin d'aimer affronter les Canadiens ces jours-ci, au grand plaisir des Montréalais.

"Il y avait beaucoup de mots qui s'échangeaient de part et d'autre", a expliqué Michael Cammalleri, l'auteur de deux des trois buts des siens. "Il y avait beaucoup de bonnes batailles. C'est le fun pour les joueurs. Ça force les joueurs à augmenter leur niveau de jeu et ça ajoute au suspens de la rencontre. S'il aimait jouer contre nous, il y aurait quelque chose qui clocherait de notre côté."

Si pour une raison ou une autre la date du 12 janvier n’était pas encore encerclée sur votre calendrier, le prochain rendez-vous Canadiens-Penguins au Centre Bell devrait maintenant amplement suffire pour libérer votre agenda.


Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.


À VOIR ÉGALEMENT:
Jeu des chiffres - 9 oct. 2010
Résumé de la rencontre
Sommaire Canadiens-Penguins
Dans le calepin - 9 oct. 2010
Pool des Canadiens
Au revoir Mellon Arena